Accueil Non classé De ce début d’année

De ce début d’année

0
0
158

Nous sommes déjà fin février. Deux mois pleins viennent de s’écouler. Je ne sais pas pourquoi mais j’adore les mois de 28 jours. Ça me met en joie. Je suppose que c’est un rythme qui me convient, ni trop court, ni trop long. C’est comme ça ! L’année en cours me semble déjà bien entamée. Heureusement pour moi,  je n’avais pas pris de bonnes résolutions car de toute façon je ne les aurais pas tenues. Je les aurais abandonnées les unes après les autres et cela n’aurait servi à rien. Je ne sais pas pour vous mais en ce qui me concerne ce début d’année fût intense et riche en émotion. L’intensité du vécu est différente selon chaque individu. Chaque être humain, individu singulier, a sa propre lecture de celui-ci. L’intuition du corps, de l’émotion et de sa propre subjectivité. Je garde le souvenir précis de mes sensations qu’elles soient agréables sou pas. C’est palpable comme une tâche sur ma peau. C’est bel et bien dans l’air du temps. Cette tendance du selfie. Cette manière de poser face à l’objectif de son Smartphone, ou i phone. . On définit et on sculpte les sourcils à présent. Ah ! Ce regard si expressif, ce sourire, ces cheveux, ah oui les cheveux longs. Tout est dans les cheveux. Lissés et huilés.  On les laisse détachés. Mais c’est un don de Dieu ma chère ! Ainsi, grâce à ces mots, j’ai vite compris qu’il m’était impossible de rivaliser avec Dieu. Qu’il doit être puissant. Tout puissant. Lui, sans père, ni mère, lui, le créateur de toute vie. Alors qui croire ? On ne rivalise pas avec l’au-delà. J’observe donc cette nouvelle esthétique qui se donne des airs de profondeur, sans véritable âme ni intériorité d’ailleurs. Mais je ne peux m’empêcher de me demander ce qui se cache derrière ce sourire. La seule et unique question à se poser est de savoir comment ne pas subir cette uniformisation. Moi, petite fille, ai-je acquis suffisamment de confiance en moi pour refuser ce narcissisme exacerbé, cette focalisation nombriliste ? Me hisser contre. Le mieux reste d’observe, de porter un œil critique et de faire appel à sa raison.

 

Isabelle Franc RTTR

Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités).

  • Eux aussi…

    Parfois, la langue est lourde de mensonges. D’inconséquences, aussi. Je tends l’oreille. L…
  • La balaçoire…

    L’humiliation est-elle une seconde nature ? Je vais écouter, sans argument, puis, m’éclips…
  • Voler…

    Depuis enfant, je m’attends toujours à ce que le pire puisse advenir, arriver, surgir. Un …
Charger d'autres articles liés
  • Eux aussi…

    Parfois, la langue est lourde de mensonges. D’inconséquences, aussi. Je tends l’oreille. L…
  • La balaçoire…

    L’humiliation est-elle une seconde nature ? Je vais écouter, sans argument, puis, m’éclips…
  • Voler…

    Depuis enfant, je m’attends toujours à ce que le pire puisse advenir, arriver, surgir. Un …
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • Sonorité

    Femmes, sororité, les Voix qui circulent entre nous sont celles de la mer ; les mains qui …
  • Auvent…

    Il est toujours préférable de s interroger. Quand on n’a plus envie d’élever le ton, et qu…
  • Ressenti…

     Je n’ai jamais ressenti autant l’injustice que ces derniers temps. Aucune larme ne …
Charger d'autres écrits dans Non classé

Laisser un commentaire

Consulter aussi

La légende d’une vie.

https://culturebox.francetvinfo.fr/theatre/la-legende-d-une-vie-de-stefan-zweig-enfin-sur-…