Accueil Non classé Du mois de mars

Du mois de mars

0
0
83

Hello joli mois de mars. Que nous réserves-tu comme surprise ? Des parfums, des senteurs…Je viens à l’instant de lire le commentaire suivant : « L’égo surdimensionné… c’est triste et dévastateur ». Deux adjectifs que je trouve plein de pertinence. Le propre de l’ego est d’écouter que sa petite voix, autrement dit : lui. Chaque matin je me pose la même question ; pourquoi n’ai-je pas un ego surdimensionné ? Je vous avoue que cela me serait fort utile par les temps qui courent. Je n’en demeure pas moins bien incapable. Cela tient-il à mon éducation ?  Sans doute, en partie. Est-ce autre chose ? Pourquoi depuis cinquante ans je ne parviens toujours pas à le hisser comme un étendard ? Me mettre en avant me met mal à l’aise. Ma trop grande réserve me pousse à rester constamment en retrait, dans l’ombre. Petit clin d’œil au passage. Du reste, je me souviens d’avoir toujours dit qu’un jour serai dans le sillage d’une célébrité. J’y ai cru. Rires. Des lors, l’autre s’est toujours imposé à moi, comme l’être le plus favorable à me renvoyer une image flatteuse de ma personne. Cet autre qui agit comme un miroir. Me rendre une certaine envergure que je n’ai pas naturellement. Est-ce une simple question de justice et d’équilibre ? Ce que je dois aux autres est un pur enrichissement. Au fil de mes rencontres et de mes expériences j’ai appris à discerner. J’ai acquis cet experiment. Tel une enfant dont j’ai conservé l’âme je continue à m’émerveiller chaque jour.

 

Isabelle FRANC RTTR

Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités).

  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres articles liés
  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • Mal de mères…

    « Mal de mères », c’est le titre d’un livre à paraître d…
  • Ces yeux ouverts..

    Ces yeux ouverts, je voulais que ce soit les tiens… . Alors , oui, j’ai appris…
  • Une sensation…

    Parfois, il arrive que la sincérité de nos propres sentiments soit mise à rude épreuve.  I…
Charger d'autres écrits dans Non classé

Laisser un commentaire

Consulter aussi

du spleen

En ce moment, chaque matin, à l’aube, à l’heure du brouillard, dans ce gris, ce froid, hum…