Accueil litterature Décadence

Décadence

0
0
221

Notre époque semble impolie. Noire et terrible.

Grise ?

Irrésistible,

Comme une envie de séduire à nouveau.

Me voilà, vamp d’une heure, d’un soir ou plus.

Imprévisible,

Il y aurait trop de choses à en dire.

Que dire de mes déboires ?

Que dire de mes dérives ? Cadence ou décadence ?

J’ai décidé tout simplement de vivre. De m’offrir ce luxe de choisir et de ne plus me contenir. En un mot, je tente de sourire. J’ai trop eu la désagréable habitude jusqu’ici d’être inconsidérée comme une bizarrerie. Ai-je à ce point une tête d’ahu

Impolie ou mal polie. Aux yeux de tous elle l’est. Elle semble se complaire dans sa propre vulgarité. Cet ensemble ressemble à une armée de frustrations, de peurs, de pudeur, de replis, sur soi ou autres qui creusent les tracés du chacun pour soi. Bref, personne ne semble plus trop savoir ou on va. Chaque époque porte en elle la genèse de la suivante ; son esthétique, sa morale, son échec. On ouvre les yeux, on les écarquille mais on garde le silence.

 

Pudique ou impudique ? La tête baissée, les yeux rivés vers le sol, inclination si pudique, que contredit le rouge rubis de la bouche. Cette femme de la photographie n’ose un battement de cil, elle n’ose relever sa tête pour vous regarder, vous. C’est de l’inclinaison qui titille votre regard que naît le désir. En vamp, elle se trouve si craquante ainsi vêtue. Elle vient de vous avouer de quelle façon elle s’imagine. Abondantes, ces hanches si généreuses et prometteuses de sensualité. Aussi magnifique soient-elles, ce sont ces courbes qui contraignent tous nos regards, les troublent et les humanisent. Tour à tour, regard d’ange, amical, protecteur, avide puis il devient animal, celui d’une bête aux abois. Quant à elle, la ligne du décolleté fait chavirer les cœurs, les corps.

 

1421398000490298

 

Pfff …. une image renversante !!

 

isabelle franc rttr

texte protégé

 

 

 

 

 

 

  • Eux aussi…

    Parfois, la langue est lourde de mensonges. D’inconséquences, aussi. Je tends l’oreille. L…
  • La balaçoire…

    L’humiliation est-elle une seconde nature ? Je vais écouter, sans argument, puis, m’éclips…
  • Voler…

    Depuis enfant, je m’attends toujours à ce que le pire puisse advenir, arriver, surgir. Un …
Charger d'autres articles liés
  • Eux aussi…

    Parfois, la langue est lourde de mensonges. D’inconséquences, aussi. Je tends l’oreille. L…
  • La balaçoire…

    L’humiliation est-elle une seconde nature ? Je vais écouter, sans argument, puis, m’éclips…
  • Voler…

    Depuis enfant, je m’attends toujours à ce que le pire puisse advenir, arriver, surgir. Un …
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • Eux aussi…

    Parfois, la langue est lourde de mensonges. D’inconséquences, aussi. Je tends l’oreille. L…
  • La balaçoire…

    L’humiliation est-elle une seconde nature ? Je vais écouter, sans argument, puis, m’éclips…
  • Voler…

    Depuis enfant, je m’attends toujours à ce que le pire puisse advenir, arriver, surgir. Un …
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Abolir…

J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …