Accueil litterature des larmes

des larmes

2
0
265

 Une onde de nostalgie embrumât ses yeux bleus. Je les vis doucement devenir tour à tour humides, brillants, se mouiller, laissant apparaître comme un vitrail diaphane. Elle ne s’en étonnât guère.  Ces petits lacs salés formèrent un territoire inconsistant dont elle, seule,  avait le privilège de jouir et de détenir la clé . Elle pouvait y pénétrer et naviguer selon son gré. Aucun débordement n’était envisageable. Elle se dit qu’il était venu le temps de relier tous ces vieux souvenirs, de construire un pont entre ces nombreuses émotions ; de bâtir des passerelles entre ces vies parallèles. Elle soupirât. Haussât les épaules. La vie ne s’arrête pas là. Ou vont ces larmes qui ne coulent pas ? Ou partent ces mots qui ne sont pas dits ? Ceux qui s’étranglent dans la gorge, ceux qui font pression…Sont-elles ces vagues monstrueuses qui soufflent en elle . Sont-ils ces frémissements imperceptibles qui rident son visage? Tout cela semble avoir été laissé, en friche là, au hasard du vent.

Jadis, il lui semblait être heureuse. Ce temps révolu n’est pourtant pas si loin.

 images

 

Isabelle FRANC RTTR

Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités).

 

Charger d'autres articles liés
  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres écrits dans litterature

2 Commentaires

  1. Odilejeannierbras

    3 juin 2017 à 9 h 55 min

    Joli comme toujours et sensible

    Répondre

    • handiparisperpignan

      3 juin 2017 à 15 h 02 min

      oh merci, j apprécie tes compliments

      Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

ce fil d’Ariane

Il faut tourner la page disent-ils. Moi je n’ai pas d’avis. C’est simple…