Viens…

2
0
140

Cela fait à présent deux messages que je t’ai envoyé via les réseaux sociaux et auxquels tu n’as pu pas répondre. Cela correspond à deux espoirs déçus.Toi, qui as tant peur de décevoir les autres, toi qui as tant de mal à supporter la déception ! Combien devrais-je encore en écrire, t’en envoyer avant que tu ne daignes faire un geste, juste quelques mots. Combien ? Quelques qu’ils soient, ils seront les bienvenue ; je saurai les accueillir avec un large sourire, le plus beau, le plus franc, le plus sincère . Je ne promets pas grand chose mais ça je peux te le promettre, vois-tu ; parce qu’ils viendront de toi et de personne d’autre, parce c’est une telle évidence.

Envoyer des messages en sachant pertinemment qu’aucune réponse ne nous parviendra n’a, en soi, pas le moindre sens. Mais ne pas le faire en a, pour le coup, encore moins. Qu’est-ce qui a du sens alors ? Est-ce l’acte ? Pourquoi pas le désir ou même l’intention ?Il ne passe pas une journée dans les arbres ou je ne songe à toi.

Si seulement tu me répondais nous pourrions à nouveau partager ces moments d’intimité, reprendre la conversation là ou nous l’avions laissée, lâchement abandonnée, échanger comme au tout début, ces heures ou on se découvre, retrouver notre belle complicité que nous avions bâtie et que nous aimions tant. Chaque fin de nos messages étaient la preuve qu’elle nous tenait à cœur. Je pourrais sauter dans le premier train, partir te rejoindre quelques jours, le temps d’un weekend.

C’est de ta présence dont j’ai besoin. De ton regard. De tes mots. J’ai toujours adoré ton petit grain de folie même si je connais par coeur la souffrance qu’il tente de cacher. Ô inutile de la dissimuler à mes yeux. Si seulement tu pouvais encore être à mes cotés. Ô comme j’aimerai que tu sois ici prés de moi à me rassurer, me conseiller, me montrer le chemin, à suivre.

Viens, il y a des tas de belles choses qui nous attendent. C’est comme si notre histoire n’était pas finie, peut-être ne finira-t-elle jamais?

images

isabelle franc rttr

texte protégé

  • A partir de …

    A partir de quoi se raconte notre histoire ? Tant de fois j’ai fait preuve de fermeté à to…
  • Soie et satin…

    C’était le dernier jour de l’été, aussi jour de mémoire, et j’ai pensé à t’écrire pour te …
  • Aux aurores…

    Aux aurores, moi, j’arrivais des jardins de mon père. Je me souviens que je portais cette …
Charger d'autres articles liés
  • A partir de …

    A partir de quoi se raconte notre histoire ? Tant de fois j’ai fait preuve de fermeté à to…
  • Soie et satin…

    C’était le dernier jour de l’été, aussi jour de mémoire, et j’ai pensé à t’écrire pour te …
  • Aux aurores…

    Aux aurores, moi, j’arrivais des jardins de mon père. Je me souviens que je portais cette …
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • A partir de …

    A partir de quoi se raconte notre histoire ? Tant de fois j’ai fait preuve de fermeté à to…
  • Soie et satin…

    C’était le dernier jour de l’été, aussi jour de mémoire, et j’ai pensé à t’écrire pour te …
  • Aux aurores…

    Aux aurores, moi, j’arrivais des jardins de mon père. Je me souviens que je portais cette …
Charger d'autres écrits dans litterature

2 Commentaires

  1. Nathpasse

    2 août 2017 à 10 h 59 min

    les silences sont quelquefois des pauses….

    Répondre

    • handiparisperpignan

      2 août 2017 à 12 h 38 min

      oui j espere

      Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Ceci…

Ceci n’est pas un caprice ; je veux faire de chaque aurore la sublimation de ton amour. In…