Accueil litterature Ne rien oublier, en parler

Ne rien oublier, en parler

0
0
59

En fait, il y a longtemps déjà que je songeais à vous sensibiliser au sujet du «  hand in cap » . Vous faire toucher du doigt ces défaillances des corps. A priori c’est bénin, c’est malin. Pas de quoi s’affoler ! Ö ce n’est rien, c’est juste quelque chose qui nous nargue .. juste un défaut d’être.

Sincerement, je suis hyper heureuse – ô j’aime à la folie certains préfixes – que certaines de mes amies puissent être la source d’inspiration d’un bel article ! Devenir une muse en quelque sorte. Heureuse de connaître ces femmes qui sous des attitudes radieuses, gaies et enjouées, se révèlent être de véritables guerrières. Leur quotidien ressemble à un combat acharné d’un taureau dans l’arene. Chaque jour qui se lève, elles font preuve de volonté, de générosité, de courage et d’altruisme, et tout cela malgré ce mal invisible qui les détruit de l’intérieur. Il est temps de faire les présentations.

 

Hashimoto, vous connaissez ?

Enchanté

SEP, non plus ?

Enchanté

Avec elles, vous apprendrez à ne pas vous fier aux apparences. Sans distinction, la maladie frappe comme la foudre s’abat, au hasard, littéralement sur un arbre et le scie en deux. A présent vous voyez l’interieur. Ces maladies auto-immunes, personne ne les connait, personne ne les voit pourtant elles sont bien réelles et font souffrir bien des malades.  Je me rends compte de cela. Ce qui m’attriste c’est que bien peu de monde ose en parler haut et fort !! Il y a une chape de plomb qi pèse sur ces maladies méconnues. Il faut pour aborder le sujet avoir acquis une reconnaissance par ailleurs. Enfin, quand vous faites la connaissance de l’une d’elle, vous ne pouvez déjà plus les éviter. A la première minute, il est déjà trop tard.

Voulez-vous passer quelques jours avec nous ? Vous verrez que notre compagnie est des plus attachante. Prise de poids, visage bouffi, doigts boudinés, sècheresse cutanée, douleurs musculaires, état de fatigue, baisse de la tension artérielle, symptômes dépressifs ; voici à quoi ressemble le grand chaos orchestré par HASHIMOTO.

Quant SEP, le tableau n’est guere plus réjouissant. Troubles visuels. Troubles de la sensibilité. Troubles moteurs.

Et il reste à conclure sur une  note d’espoir. Lequel ?  Quel que soit ce mal toutes ces femmes nous servent d’exemple. On envie leur bravoure, leur énergie. Certes, elles sont plus fatiguées, oui, elles sont plus vulnérables mais cela ne les empêche nullement de réaliser ce qui leur est cher. Accepter ce qui nous différencie de chaque autre.

C’étaient toutes des femmes simples et sans histoires avant que la maladie ne les déconnectent de l’insouciance.

 

 isabelle franc rttr

texte protégé

 

 

  • A partir de …

    A partir de quoi se raconte notre histoire ? Tant de fois j’ai fait preuve de fermeté à to…
  • Soie et satin…

    C’était le dernier jour de l’été, aussi jour de mémoire, et j’ai pensé à t’écrire pour te …
  • Aux aurores…

    Aux aurores, moi, j’arrivais des jardins de mon père. Je me souviens que je portais cette …
Charger d'autres articles liés
  • A partir de …

    A partir de quoi se raconte notre histoire ? Tant de fois j’ai fait preuve de fermeté à to…
  • Soie et satin…

    C’était le dernier jour de l’été, aussi jour de mémoire, et j’ai pensé à t’écrire pour te …
  • Aux aurores…

    Aux aurores, moi, j’arrivais des jardins de mon père. Je me souviens que je portais cette …
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • A partir de …

    A partir de quoi se raconte notre histoire ? Tant de fois j’ai fait preuve de fermeté à to…
  • Soie et satin…

    C’était le dernier jour de l’été, aussi jour de mémoire, et j’ai pensé à t’écrire pour te …
  • Aux aurores…

    Aux aurores, moi, j’arrivais des jardins de mon père. Je me souviens que je portais cette …
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

La fillette

La fillette vaporeuse. Elle a l’air heureuse, rieuse au centre de sa ronde enchantée…