Accueil litterature Au secours…ma libido

Au secours…ma libido

0
0
91

Et si ce soir, j’ai envie de donner une petite leçon à ces femmes qui de manière tout à fait éhontée ne cessent de draguer ouvertement le conjoint des autres femmes. Elles ne se cachent même plus. N’ont-elles rien d’autre, de mieux, à faire que de s’adonner à cette activité ? Est-ce cela la solidarité féminine ? Visiblement, c’est ainsi qu’elles envisagent de défendre la cause commune, enfin, je le suppose. Moi, cela m’attriste. Non, elles n’ont aucune ni honte, ni pudeur. Je ne les imagine pas rongées de l’intérieur par le moindre scrupule. Au vu de ces misérables comportements je comprends mieux le sort réservé aux femmes par la gent masculine. Comment voulez-vous qu’ils nous respectent si déjà, à la base, nous ne nous respectons pas entre femme…c’est ce que j’appelle mettre les pieds dans le plat, non ?

Ô, vous pouvez croire que cela me fait jubiler mais non…seulement il me semble que chaque femme a le doit d’être traitée avec respect, on le demande bien aux hommes, pourquoi ne pas l’attendre de nos semblables ? Je trouve cela légitime.

Voilà, j’ai dit ce que j’avais à dire…

peintures-le-premier-pas-peinture-a-l-huile-20340052-le-premier-pas-afa3-69584_big

isabelle franc rttr

texte protégé

  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres articles liés
  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Faire l’Eloge de la Loi…

C’est cela une vie de rabbin ? Alors que notre temps sacralise la liberté, dénie l’autorit…