Accueil litterature Te dire adieu FB

Te dire adieu FB

2
0
177

Depuis quelques temps déjà, mais le phénomène est en train de s’accentuer, je remarque que vous êtes nombreux à faire part de votre intention de vouloir quitter FB. Fermer votre compte. Mettre un terme à toute cette arrogance, ce déversoir de haine – parfois, euh, non, souvent.

Pourquoi les gens ne se mettent-ils pas de limite ? Cela n’est que le reflet symptomatique du malaise de notre société. Les gens préfèrent bien souvent se défouler, décharger leur agressivité que faire appel à la réflexion, à leur raison faisant ainsi le choix de la facilité. Le côté virtuel, la barrière de l’écran facilitent et simplifient grandement la chose. Il n’y a plus de frein.

À en croire ce que je lis les arnaques en tout genre, les dragues insistantes, homme ou femme,  les insultes, etc …vous font fuir ou du moins, prendre un grand recul. Ce que je peux comprendre. Certes, personne n’est pas là pour se rajouter des ennuis, se créer des angoisses supplémentaires, non. Ce que je crains, et que par avance je trouve dommage, ce serait de passer à côté de ce formidable outil de communication que représente ce réseau social, et oui tout de même, à cause d’une minorité (d’abrutis)  qui s’en sert de manière abusive, à mauvais escient. C’est clair.

J’ai, comme tout le monde, moi aussi reçu moult demandes d’amitié de veuf(s)f éploré(s), enfin, plus ou moins, avec enfant ou animal de compagnie…celles-ci, je les supprime d’office. Seulement, parfois, de belles rencontres naissent, voient le jour et se concrétisent au fil des jours. Et puis, d’autres fois, c’est le contraire. J’ai moi-même eu l’occasion de rencontrer des personnes dotées d’une rare sensibilité.

Bref, effectivement, il y a la nécessité d’être vigilant, prudent et de faire un tri. FB est un réseau social qui peut s’avérer utile, convivial, comme tout réseau, mais cela dépend de l’utilisation que nous en faisons. Il nous appartient d’en faire un usage intelligent dirais-je.

images

Isabelle franc rttr

Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités).

 

  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres articles liés
  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres écrits dans litterature

2 Commentaires

  1. Valero Brigitte

    13 octobre 2017 à 9 h 35 min

    Bonjour .Jolie dame et oui tout est dit.très bon week-end.amicalement Brigitte.

    Répondre

    • handiparisperpignan

      13 octobre 2017 à 10 h 54 min

      merci bon we à vous aussi Amitié

      Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Faut-il se remettre en question ?

Nous avons tous, les uns et les autres, nos petites habitudes, et elles sont sacrées, ce t…