Accueil litterature C’est trop chou

C’est trop chou

0
0
103

Hypnotique et magnétique comme l’est inconsciemment chaque enfant ! Trop mignon, trop léger, il avait la tête d’un nouveau-né, celle d’un tout petit poupon, si ronde et si fine à la fois. La peau douce, d’une telle blancheur faisait ressortir une certaine candeur. Magnifique ! Splendide ! Un beau visage, harmonieux, c’est juste une bouille d’angelot  dont une élégante douceur rayonnait, éclatait au grand jour. Dès l’instant où on le voyait on ne pouvait que tomber sous le charme, être enchanté par ce bambin au sourire enjôleur. Ça fait quoi un nourrisson ?

Ça pleure, ça dort, ça tête, puis ça défèque, c’est un sempiternel recommencement, à peine un truc terminé, c’est autre chose qui arrive. Tout ne se résume qu’en termes de dépendance ! Financière, affective. Finalement c’est quasi organique, à cet âge on est que matière… un corps qui est nourri et qui se vide, et on y revient à la fin. Par conséquent il faut le laisser vivre dans cet état végétatif quelques moi, l’observer, veiller, être un petit  bout ’chou sous surveillance et bienveillance. Il en a fallu de l’attention, de la patience, pendant des nuits et des jours, pour être à la hauteur de son rôle de mère ou de père.

Il en a fallu des heures pour accompagner tes premiers pas, pour t’apprendre tes premiers mots ; on se dit que l’on « fabrique » un futur adulte… un futur citoyen, un futur parent. C’est tout l’à venir du monde qui existe à travers lui. Il rend palpable, tangible , accessible ces lendemains. Il est déjà cette nouvelle société. Un jour, il aura même l’audace de critiquer la société qui l’aura vu naître. Ira-t-il jusque là ?

Ici, de toute évidence, les gens pensent qu’il aura ses propres batailles à mener. Et quand l’heure des reproches viendra toquer tel un glas, je m’en irai sur la pointe des pieds. 

 tableau-portrait-peint-a-la-main-d-apres-photo-bebe-cadeau-naissance-bapteme

 

Isabelle FRANC RTTR

Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités).

  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres articles liés
  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Soleil…

La simplicité n’aura jamais fait partie de ma vie…Je ne demandais pas autre chose. Je me s…