Accueil litterature Ces jours, ces dates..

Ces jours, ces dates..

0
0
58
Au cours d’une vie, et je crois que c’est même transgénérationnel, il y a des jours qui font date parce qu’il nous est impossible d’oublier les événements qui ont eu lieu ce jour-là , précisément. Ce qui fait que vingt ans après on s’en souvient encore. Je me souviens du lac Hoan Kiem et de ses alentours. Je ne peux oublier la splendeur de ces lieux., ni la beauté de ces aurores, ni la douceur des soirées passées à flâner.
Je me souviens de ce tout premier baiser échangé– comme les grands, c’est à dire sur les lèvres pour de vrai, j’avais huit ans alors. Je portais une robe bleue à volant que je m’amusais à faire tournoyer. Il avait un goût de transgression. Il m’a fait me sentir émancipée. J’avais d’un coup quitter l’enfance pour pénétrer dans un nouveau monde, celui ou il y a moins d’interdit. On ne peut effacer la première (toutes les premières fois?) où l’on a fait l’amour…qu’est-ce que cela ?
Un lieu, un temps, une personne et chacun des après. Me suis-je senti une fois dépossédée de quelque chose ? Je me souviens encore de ce jour ou j’ai quitté le foyer de mes parents…pour m’installer avec ma sœur. Mais désire-t-on se souvenir de sa première rupture ? Elle est ! Ô tous ces moments je les ai sublimés pour qu’ils deviennent les piliers de mon histoire même si je n’ai personne à qui la transmettre. C’est à l’écart, seule et isolée, que je me suis recueillie.
 images (8)
Isabelle franc rttr
Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités).
  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres articles liés
  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Penser à autrui…

Penser à l’autre, ailleurs, parce qu’il faut oublier tout rapprochement dans l’immédiat. C…