Accueil litterature Mais quel monde…

Mais quel monde…

2
0
136
Mais dans quel monde vivons-nous ?
Est-ce qu’on est bien au XXIème siècle ? J’avoue avoir un doute parfois. Oui, l’égalité homme-femme reste encore à conquérir, n’en déplaise à certaines qui se permettent de vouloir remettre la femme à sa place soi-disant, c’est à dire, derrière les fourneaux. On a à faire à des tueuses, des vraies hargneuses qui n’hésitent pas à descendre leurs semblables. Pourquoi et comment peuvent-elles jouir d’un tel pouvoir de destruction ? Certes, la libération sexuelle a eu lieu, heureusement, et puis…que se passe-t-il depuis ?Je constate, pas grand chose. Combien de femmes meurent encore chaque jour sous les coups de leur compagnon ? Trop !!
Dans les se(x)crets des femmes vous trouverez l’e,semble de la souffrance du monde : sa misère, sa béatitude, sa candeur…etc, si seulement je pouvais être entendu mais comment faire ? Comment ? Dîtes moi à quoi cela sert-il de prêcher dans le désert ? Je vois passer les jours, défiler les contours mais rien ne bouge. Or, aujourd’hui, il y a une urgence à défaire tous ces stéréotypes qui nous enchaînent les uns aux autres car ils nous enferment dans un cadre, un schéma ancien. Il y a urgence à inventer cet affranchissement. Il nous faut recréer ces mythes ancestraux…et retrouver notre humanité, nos doutes, nos libertés. Je veux croire que si on fait preuve d’une réelle volonté cela doit être possible.
Une certain parole des femmes se libère aujourd’hui sur les réseaux sociaux et c’est bien, parce que ô combien nécessaire. Tout ce que les femmes ont été contraintes de retenir, de taire, de terrer, à acquis le droit d’être dit et encore, bien souvent, sous couvert d’anonymat en utilisant un pseudo. Un jour viendra.
 téléchargement (4)
Isabelle franc rttr
Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités). 
  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres articles liés
  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres écrits dans litterature

2 Commentaires

  1. Valero Brigitte

    16 octobre 2017 à 10 h 29 min

    Simplement MERCI

    Répondre

    • handiparisperpignan

      16 octobre 2017 à 11 h 25 min

      c est moi qui vous remercie chaleureusement

      Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Le rouge coquelicot…

  Dans chaque silence il y a un « je » qui se retire. Depuis quelques temps le doute …