Accueil litterature Une dernière lettre

Une dernière lettre

0
0
110

Pour être franche, ce que j’ignorais en écrivant ces mots, c’était le fait qu’ils étaient les derniers que je pouvais t’adresser. J’avais, comme à l’accoutumée, pris grand soin de les calligraphier après les avoir aligné dans un ordre parfait, parce que logique et mélodieux, presque idéal, et respectueux de la grammaire et de la syntaxe.

Il fallait qu’émerge d’eux mon attachement à toi et ce qui fait ce que tu es. J’ai longtemps cru, non pas te faire changer, cela aurait été stupide de ma part, mais que je pouvais te cadrer et toi, de ton côté, t’efforcer de rendre plus souple cette rigidité naturelle qui me fouaille. M’assaille. Toi, rien ne te tenaille ? Nous avons choisi de jouer la transparence, tout se dire, rien n’avouer, ou plutôt je t’ai imposé cette option comme une évidence, genre une condition non négociable. Absolument. Elle lui apporte toute une structure dont il a grand besoin, en lui fixant certaines limites, chose qu’il ne parvient pas à faire de lui-même.

Cet étayage lui permet Il n’a jamais su acquérir cette autodiscipline. Il a parfaitement conscience que cela lui fait défaut. Avec lui à ses côtés, elle éprouve l’envie de s’adonner à ce côté bohème…il faut apprendre à laisser sa place au hasard pour guider sa vie vers cet essentiel – ce quelque chose d’indélébile. Accepter c’est aussi faire confiance à la vie qui peut nous réserver des fois de belles surprises à travers ces rencontres qui jalonnent et façonnent à leur manière notre façon d’être aux autres et à ce monde.

Tu fus de celle-ci, intense, inoubliable, insoumise. Ne vois-tu pas l’extraordinaire de notre histoire ? Là ou tu devrais voir une chance, tu ressens un étouffement. Ta difficulté à admettre cette vérité tient plus à l’influence de tes fantasmes qu’à autre chose. Ajouter un manque maturité ? Peut-être. Et je lis trop dans tes yeux

Notre histoire demeure belle, sensuelle, si particulière. A sa manière d’être vécue, nous jouîmes d’elle en temps et en heure, quand il le fallait. Elle est un extraordinaire cadeau, je crois.

 téléchargement

isabelle franc rttr

Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités).

  • Orthographe…

    Des fautes. Des pelotes de fautes d’orthographe… tout semble être parti à vau-l’eau depuis…
  • Frénésie

    Je voulais croire que j’étais comme tout le monde ; surtout m’imprégner et me convaincre d…
  • Incertitude du temps…

    Depuis quelques temps, chaque matin, je sens mon corps traverser par une énergie nouvelle.…
Charger d'autres articles liés
  • Orthographe…

    Des fautes. Des pelotes de fautes d’orthographe… tout semble être parti à vau-l’eau depuis…
  • Frénésie

    Je voulais croire que j’étais comme tout le monde ; surtout m’imprégner et me convaincre d…
  • Incertitude du temps…

    Depuis quelques temps, chaque matin, je sens mon corps traverser par une énergie nouvelle.…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • Orthographe…

    Des fautes. Des pelotes de fautes d’orthographe… tout semble être parti à vau-l’eau depuis…
  • Frénésie

    Je voulais croire que j’étais comme tout le monde ; surtout m’imprégner et me convaincre d…
  • Incertitude du temps…

    Depuis quelques temps, chaque matin, je sens mon corps traverser par une énergie nouvelle.…
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Une seconde nature…

C’est comme une seconde nature qui s’agrippe et grimpe le long de ma chair, et qui recouvr…