Parfois

0
0
93

Parfois tout donner ne suffit pas. Tout donner ou tout faire pour, c’est du pareil au même. Cela revient au même. Qu’est-ce qui change ? On éprouve une sensation étrange. On a le sentiment de ne pas avoir fait ce qu’il fallait. On se demande ce qu’on aurait dû faire, ou pu faire, de mieux ou plus, mais instinctivement on sait que tout a été fait, déjà. On a beau mettre toute la meilleure volonté du monde à être agréable, passer son temps à être polie, douce et serviable, à vouloir donner le meilleur de soi-même, même à se plier en quatre, il arrive un moment où on se heurte à un mur.

Un jour, on se dit qu’on a atteint le maximum. Cette fameuse limite. On finit par se prendre de telles claques, des réactions si violentes, auxquelles on ne s’attendait absolument pas. Certaines personnes préfèrent s’obstiner dans leur entêtement. Les gens le répètent suffisamment, il faut se concentrer sur ceux qui nous aiment, ceux qui pensent à nous et laisser de côté les autres, les jeter aux oubliettes, ceux-ci ne valent pas la peine qu’on s’intéresse à eux. Parler d’eux, les évoquer, c’est encore leur porter trop d’intérêt. Eux, ils n’ont pas appris à donner. Donner c’est avant tout s’engager dans un processus d’échange, qui dit échange dit également réciprocité. On doit être deux. C’est abandonner une part de soi à l’autre en toute confiance.

C’est faire pénétrer l’autre dans notre intimité pour partager. Est-ce forcement être aveugle sur les défauts de l’autre ? Pour cette fois, je m’incline, je rends les armes sur ce coup mais je n’ai pas pour autant perdu la guerre. Il faut aussi prendre conscience que si on croise ces gens là ce n’est pas par pur hasard, ni magie. Il y a véritablement quelque chose à apprendre comme une leçon de vie à tirer après une épreuve. Vous allez me dire que l’on donne parce que l’on a besoin de donner, on est en mesure de le faire . Vous n’auriez pas entièrement tort, car à trop donner, ils finissent par étouffer et prendre le large sans un mot.

 images

isabelle franc rttr

Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités).

 

  • Mais quel rêve…

    La nuit dernière fut chahutée, mouvementée, détraquée (cher Yves), une drôle d’impression …
  • L’équilibre

    J’ai cherché l’équilibre entre prendre et donner. J’ai toujours su qu&rs…
  • C’est insensé

    J’ai longtemps idéalisé cette femme, sous prétexte qu’elle était ma mère. Ce s…
Charger d'autres articles liés
  • Mais quel rêve…

    La nuit dernière fut chahutée, mouvementée, détraquée (cher Yves), une drôle d’impression …
  • L’équilibre

    J’ai cherché l’équilibre entre prendre et donner. J’ai toujours su qu&rs…
  • C’est insensé

    J’ai longtemps idéalisé cette femme, sous prétexte qu’elle était ma mère. Ce s…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • Mais quel rêve…

    La nuit dernière fut chahutée, mouvementée, détraquée (cher Yves), une drôle d’impression …
  • L’équilibre

    J’ai cherché l’équilibre entre prendre et donner. J’ai toujours su qu&rs…
  • C’est insensé

    J’ai longtemps idéalisé cette femme, sous prétexte qu’elle était ma mère. Ce s…
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

De ce lien paternel

Quelle image me faisais-je de mon père ? Une question complexe pour moi et sujet douloureu…