Accueil litterature vers quel avenir

vers quel avenir

2
0
103

 

Nous allons vivre, mais cela semble d’ores et déjà être le cas, dans une société de plus en plus déshumanisée puisque celle-ci est en train de devenir ultra robotisée. Je ne vous apprends rien. Je trouve cela fort triste et quelque peu effrayant. Maintenant ce sont des robots qui vous accueillent et vous orientent dans certaines mairies, dans les banques vous devez faire l’ensemble des opérations via les automates : virement, versement d’espèce ou de chèque, où bien via internet. Faut-il encore avoir les ressources financières de payer un abonnement.

Pepper, c’est la nouvelle recrue de Philippe Goujon le maire du 15e arrondissement de Paris.

Le petit bonhomme blanc, 1m30, 28 kg, yeux bleus clignotants, petite merveille de technologie, est doté de caméras, sonars et de dix-sept articulations qui lui permettent de bouger…Pepper est là «pour décharger le personnel et désengorger l’accueil», précise le maire qui rappelle que sa mairie accueille chaque jour 1 500 personnes. Le robot a été conçu par des ingénieurs du groupe japonais SoftBank Robotics, ex Aldebaran, start-up française implantée dans le XVeoïde réalisé par une entreprise high tech de l’arprogrammé pour rester des années-luRetrouvez l’info en temps réel avec Le Parisien : >> http://www.leparisien.fr/#xtor=AL481423430

Bref, on assiste à la disparition de tout contact humain. On se retrouve seul face à des machines qu’il faut savoir maîtriser. Si pour les nouvelles générations cela ne pose pas de problèmes, il n’en va pas de même pour nos aînés. Je pense à eux qui paniquent pour un rien, imaginez-les, les pauvres, devant cette technologie avancée. Je me mets à leur place. Je me dis toujours que moi aussi, viendra le tour de ma génération, et je serais dépassée par bien des choses. Inutile d’avoir fait l’ENA pour le comprendre, et faire une projection. C’est une simple question de bon sens.

Quel intérêt avons-nous à aller dans ce sens ? Aucun. A-t-on bien mesuré les conséquences de faire un tel choix de société ? D’emblée on réalise l’importance de l’autre, la nécessité des échanges. Est-il possible de lutter contre  cette tendance ? Enrayer voire arrêter cette tendance me semble impossible mais par contre  freiner m’apparaît souhaitable, et même citoyen, il suffit pour cela de préférer passer à une caisse avec un employé qu’aux caisses automatiques, quitte à patienter quelques minutes. Chercher toujours à privilégier la relation humaine au temps. Pourquoi êtres ans cesse presser ? Qu’est-ce qui est si urgent ?

Pout être tout à fait franche, je n’aime pas la tournure que les évènements, j’aurais préféré une autre fin. Avec de la chance je ne saurais plus là pour voir tout ceci.

 images (15)

 texte protégé

  • Ubuuu

    Il avait été doté d’une intelligence bien supérieure à la moyenne, hors pair, d’un e…
  • Ad vitam…

    Si distant ! Si pédant ! Ah ! Les hommes ne cesseront jamais de plaquer sur leurs visages …
  • Difficile

    Pour échapper à la souffrance, le plus souvent on se réfugie dans l’avenir. Sur la piste d…
Charger d'autres articles liés
  • Ubuuu

    Il avait été doté d’une intelligence bien supérieure à la moyenne, hors pair, d’un e…
  • Ad vitam…

    Si distant ! Si pédant ! Ah ! Les hommes ne cesseront jamais de plaquer sur leurs visages …
  • Difficile

    Pour échapper à la souffrance, le plus souvent on se réfugie dans l’avenir. Sur la piste d…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • Ubuuu

    Il avait été doté d’une intelligence bien supérieure à la moyenne, hors pair, d’un e…
  • Ad vitam…

    Si distant ! Si pédant ! Ah ! Les hommes ne cesseront jamais de plaquer sur leurs visages …
  • Difficile

    Pour échapper à la souffrance, le plus souvent on se réfugie dans l’avenir. Sur la piste d…
Charger d'autres écrits dans litterature

2 Commentaires

  1. eructeuse

    9 janvier 2018 à 8 h 44 min

    Le progrès ne vaut que s’il est partagé par tous, il faut élever le débat ce qui cloche ce n’est pas le progrès mais cette société basée sur le profit où le mot tabou est partager !

    Dernière publication sur Victoryne Moqkeuz Eructeuse : Alors les fainéants qui c'est le patron !

    Répondre

    • handiparisperpignan

      9 janvier 2018 à 20 h 32 min

      oui en effet.

      Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Pourquoi hurle-t-on?

On en voit de plus en plus de ces vies dans la rue, sans abri, sans toit. Leur espace se r…