Accueil litterature Ces pièces que sont nos vies

Ces pièces que sont nos vies

0
0
102

On pourrait désigner ce phénomène comme l’art de l’illusion. Tout le monde a surement rêvé une fois de faire de sa vie une pièce de théâtre ou bien un grand film de cinéma. On a tous en tête ces scènes mythiques qui nous ont fait rêver. Qui n’a pas jamais imaginé vivre dans la vie réelle, la vraie, une scène aux accents d’Autant en emporte le vent, ou, de Hamlet,  le Songe d’une nuit d’été etc…

La passion. L’aventure. Ô, cela peut être de la littérature russe avec le tragique destin d’Anna Karenine. Est-ce bien cela que l’on appelle réussir sa vie ? Aller jusqu’à vivre sous une certaine emprise de ses émotions. Cela ne plairait pas aux philosophes !! De fait, il existe des milliers de riens, de trucs et d’astuces pour incorporer du théâtre dans la vie, parfois, c’est vrai, quelque peu résumé au train train routinier. Le fameux métro-boulot-dodo. Cela permet de rompre la monotonie du quotidien.

C’est une autre manière de s’élever. Il s’agit de grandir à travers le rôle que nous nous attribuons. Nous le jouons du mieux que nous pouvons. Ce n’est pas forcément utile de revêtir un costume de saltimbanque…de simples mots suffisent. Certains sont prêts à tout pour voir un jour leur vie changer radicalement et faire qu’elle ne soit plus jamais comme avant. Un rôle c’est une stature, une réalité, c’est l’ensemble de nos pensées aspiré vers un même objectif. Seulement, rien n’est plus difficile que de prendre conscience de ce jeu de miroir aux alouettes.

téléchargement

Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités).

 

  • de l’enfance

    Petite, je me souviens que je ne comptais pas les dodos, ni moi, ni maman. Personne autour…
  • Pen club party

    Vingt et une heures passé je me retrouve seule pendant que la demoiselle s’est  mise sur s…
  • L’outrage d’un jour

    Des outrages qui n’en finissent pas. Il fallait savoir que c’était le jour de la honte, av…
Charger d'autres articles liés
  • de l’enfance

    Petite, je me souviens que je ne comptais pas les dodos, ni moi, ni maman. Personne autour…
  • Pen club party

    Vingt et une heures passé je me retrouve seule pendant que la demoiselle s’est  mise sur s…
  • L’outrage d’un jour

    Des outrages qui n’en finissent pas. Il fallait savoir que c’était le jour de la honte, av…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • de l’enfance

    Petite, je me souviens que je ne comptais pas les dodos, ni moi, ni maman. Personne autour…
  • Pen club party

    Vingt et une heures passé je me retrouve seule pendant que la demoiselle s’est  mise sur s…
  • L’outrage d’un jour

    Des outrages qui n’en finissent pas. Il fallait savoir que c’était le jour de la honte, av…
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Reflet

On ne fait jamais le tour de rien. Ce soir j’ai les yeux qui pleurent. Moi qui pensa…