Accueil litterature Etre volage

Etre volage

0
0
93

Ah, ces respectables hommes qui désirent tant butiner d’autres fleurs ailleurs ! Au demeurant, comme cela doit être fort agréable de batifoler à sa guise ! Je les comprends trop. Ah, ils veulent vivre d’autres expériences, enlacer d’autres corps, goûter d’autres saveurs et sentir d’autres parfums ! Cela apparaît comme logique, naturel et inéluctable, du moins ils tentent de nous le faire croire mais est-ce pour autant que nous allons avaler la couleuvre ? Il faudrait presque les plaindre de ne pouvoir faire acte de résistance.

En toute franchise j’ai du mal à croire en ces toutes ces balivernes et autres excuses en tout genre. Il nous faudrait, nous les femmes, avoir la larme à l’œil, et faire preuve de compréhension envers ces malheureux obligés, par notre faute, de se cacher pour s’épanouir dans leur sexualité. A l’heure où l’on couvre les femmes, ou on leur interdit un certain espace public voire certaines tenues jugées trop olé olé…et oui, la journée de la jupe ça vous parle ?…où 85% des familles monoparentales sont des femmes et 40% des pensions alimentaires sont impayées, je trouve cela, comment dire, juste navrant de votre part. Navrant.

Certaines vont voir dans ces propos de la haine mais non ! Je ne hais point ! Personne. De la colère à la rigueur mais surtout un terrible constat. Et je me demande juste lequel des deux, l’homme ou la femme, est le plus à la hauteur ? 

 téléchargement (8)

Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités).

  • de l’enfance

    Petite, je me souviens que je ne comptais pas les dodos, ni moi, ni maman. Personne autour…
  • Pen club party

    Vingt et une heures passé je me retrouve seule pendant que la demoiselle s’est  mise sur s…
  • L’outrage d’un jour

    Des outrages qui n’en finissent pas. Il fallait savoir que c’était le jour de la honte, av…
Charger d'autres articles liés
  • de l’enfance

    Petite, je me souviens que je ne comptais pas les dodos, ni moi, ni maman. Personne autour…
  • Pen club party

    Vingt et une heures passé je me retrouve seule pendant que la demoiselle s’est  mise sur s…
  • L’outrage d’un jour

    Des outrages qui n’en finissent pas. Il fallait savoir que c’était le jour de la honte, av…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • de l’enfance

    Petite, je me souviens que je ne comptais pas les dodos, ni moi, ni maman. Personne autour…
  • Pen club party

    Vingt et une heures passé je me retrouve seule pendant que la demoiselle s’est  mise sur s…
  • L’outrage d’un jour

    Des outrages qui n’en finissent pas. Il fallait savoir que c’était le jour de la honte, av…
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Sans fin

Notre marge de manœuvre est bien faible, croyez-moi. Alors il ne faut pas hésiter à pointe…