Accueil litterature C’est en cours

C’est en cours

0
0
100

Qu’y-a-t-il au delà de l’indécence ? Qu’existe-t-il ? Est-ce encore l’indécence ou autre chose, autre chose de pire. Je pense à l’insoutenable, l’indicible, innommable. Ce qui ne peut avoir de nom tant c’est inqualifiable. Bref, tout ce que l’on entoure volontiers de silence et de honte, de gène ou de mépris. Vous devez vous demander alors pourquoi et comment certaines tentent de l’exprimer quitte à se faire incendier, huer ? Sans doute parce qu’elles ont besoin de le faire, malgré la douleur, pour se réconcilier avec elles-mêmes.

Elles affrontent la vindicte populaire mais c’est elle-même qu’elles recherchent. Inutile d’être fin psychologue pour déchiffrer. De toutes les façons il est évident, clair, qu’elles ne sont que le reflet d’une société en mal de repères, n’est-ce pas ? Je refuse de me laisser importuner par quiconque.

Il n-y a aucune théorie aussi belle, logique, brillante soit-elle qui tienne la route face à ce qui est infligé. Elle se heurte à autre chose, injugeable, parce trop intime et personnel. Quand me quittes-tu ? C’est prévu. Je te pose la question car je sais que c’est prévu. Et je préfère m’y préparer.

sans-titre

Protégé par le droit d auteur

  • de l’enfance

    Petite, je me souviens que je ne comptais pas les dodos, ni moi, ni maman. Personne autour…
  • Pen club party

    Vingt et une heures passé je me retrouve seule pendant que la demoiselle s’est  mise sur s…
  • L’outrage d’un jour

    Des outrages qui n’en finissent pas. Il fallait savoir que c’était le jour de la honte, av…
Charger d'autres articles liés
  • de l’enfance

    Petite, je me souviens que je ne comptais pas les dodos, ni moi, ni maman. Personne autour…
  • Pen club party

    Vingt et une heures passé je me retrouve seule pendant que la demoiselle s’est  mise sur s…
  • L’outrage d’un jour

    Des outrages qui n’en finissent pas. Il fallait savoir que c’était le jour de la honte, av…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • de l’enfance

    Petite, je me souviens que je ne comptais pas les dodos, ni moi, ni maman. Personne autour…
  • Pen club party

    Vingt et une heures passé je me retrouve seule pendant que la demoiselle s’est  mise sur s…
  • L’outrage d’un jour

    Des outrages qui n’en finissent pas. Il fallait savoir que c’était le jour de la honte, av…
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Nous sommes des billes…

Mais je crois qu’ils nous prennent tous pour des billes, ma parole !   Vous nous obs…