Accueil litterature Etre femme aujourd’hui

Etre femme aujourd’hui

2
0
160

Aujourd’hui, on en est encore à débattre afin de savoir ce que veulent les femmes  à notre époque, à l’heure de la soit disant égalité ? À lire de telles inepties, parfois je me demande si le ciel ne nous est pas déjà tombé sur la tête. Pourquoi est-il encore nécessaire de deviser sur ce sujet ? Nous sommes quand même au XXI siècle, n’est- ce pas ? Il faut sans doute se réveiller là. Le temps du Moyen-âge est révolu depuis belle lurette me semble-t-il.  Cela ne parait pourtant pas acquis pour tout le monde. Que je vous le dise d’une manière simple et posée: toutes les femmes, peu importe leur statut social, de l’ouvrière à la bourgeoise, font preuve de courage, d’élégance et de bravoure parce qu’elles désirent se sentir libres. Libres de choisir. Libres de dire. Libérées de ces carcans. Les femmes ont grandies, mûries. Je suis admirative de cette nouvelle sincérité. Dorénavant, elles ont appris à dire non face aux traditions. Elles ont fait éclater les schémas des stéréotypes, celui de la reproduction, en particulier. Et le combat est loin d’être terminé. Difficile de ne pas voir cette vague grandissante, qui ne cesse de croître ; difficile de passer à côté, de faire la sourde oreille. Il y a une volonté de faire éclater une certaine vérité. Les femmes sont devenues magnifiques, resplendissantes et épanouies, n’est-ce pas là tout le meilleur ce qu’il est possible de souhaiter à chaque être humain ? Désormais, ls femmes ont appris à assumer cette part de liberté acquise, ces nouvelle responsabilité. Elles en jouissent comme bon leur semble cherchant avant tout à accomplir leur propre destin. Pour ma part, j’ai toujours détesté la soumission, quelle qu’elle soit, y compris en jeu, même en fantasme, je laisse ce plaisir, je n’ose pas dire cette volupté, à celles qui le désirent. C’est leur droit le plus stricte, il n’y a pas à juger. En tout cas, nous assistons à une réelle et profonde métamorphose de la gent féminine qui revendique une certaine reconaissance. Cela amrque un tournant. Tous ces échos font un bruit fous. C’est désormais un nouvel âge qui s’écrit dans la douleur, la peur et l’effroi et les enjeux sont considérables , personne ne s’y trompe.

 images (13)

Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités).

 

  • de l’enfance

    Petite, je me souviens que je ne comptais pas les dodos, ni moi, ni maman. Personne autour…
  • Pen club party

    Vingt et une heures passé je me retrouve seule pendant que la demoiselle s’est  mise sur s…
  • L’outrage d’un jour

    Des outrages qui n’en finissent pas. Il fallait savoir que c’était le jour de la honte, av…
Charger d'autres articles liés
  • de l’enfance

    Petite, je me souviens que je ne comptais pas les dodos, ni moi, ni maman. Personne autour…
  • Pen club party

    Vingt et une heures passé je me retrouve seule pendant que la demoiselle s’est  mise sur s…
  • L’outrage d’un jour

    Des outrages qui n’en finissent pas. Il fallait savoir que c’était le jour de la honte, av…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • de l’enfance

    Petite, je me souviens que je ne comptais pas les dodos, ni moi, ni maman. Personne autour…
  • Pen club party

    Vingt et une heures passé je me retrouve seule pendant que la demoiselle s’est  mise sur s…
  • L’outrage d’un jour

    Des outrages qui n’en finissent pas. Il fallait savoir que c’était le jour de la honte, av…
Charger d'autres écrits dans litterature

2 Commentaires

  1. eructeuse

    16 janvier 2018 à 9 h 04 min

    Il y a des femmes qui meurent parce que femmes, des petites filles sont rayées de la carte éliminées dans le ventre de leur mère, des femmes sont voilées lapidées violées pour sic, je cite des crimes d’honneur… et leur visage effacé sous l’acide… Le monde regorge des meurtres des femmes… Dans de nombreux pays les droits, la liberté leur sont déniés… L’histoire des femmes commence à s’écrire… Le débat de nos droits n’est pas un débat inepte et de nombreuses femmes à travers le monde vivent chaque jour sous la coupe du patriarcat…et de sa barbarie… Il n’y a pas de liberté dans la négation de l’autre… Quant à chez nous en France vous dites :  » Elles ont fait éclater les schémas des stéréotypes… » votre optimisme fait plaisir mais ce n’est pas la réalité je dirai même que c’est le contraire de la réalité ! Des femmes, des féministes ont ouvert une porte, mais notre société est encore engoncée dans les stéréotypes du machisme… que des femmes véhiculent aussi…Un bel exemple du machisme français, c’est comment ont été traitées Voynet, Ségolène Royale (qui garde les enfants..) la seule et première femme premier ministre Édith Cresson qu’on a eu sous Mitterrand, Simone Veil pour le droit à l’avortement ( victoire après un grand mouvement de luttes avant), et dernièrement notre ministre de la justice Christine Taubira sous Hollande et ça c’est dans le haut milieu politique… je dirai dans ce panier de crabes… On avance doucement et le combat n’est pas fini, les résistances à la libération des femme est énorme… le combat est loin d’être de gagné… Comme disait Bourdieu, il y en a pour des siècles… dans son livre : « La domination masculine » Bonne journée !

    Dernière publication sur Victoryne Moqkeuz Eructeuse : Qui rit qui rit ?

    Répondre

    • handiparisperpignan

      16 janvier 2018 à 10 h 12 min

      oui, je suis optimiste car je pense qu’il s’agit d’un début.

      Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

des mots à vous dire

S’il te plaît…   Ca a commencé par ta voix Que j’écoutais sans m’arrêter Elle me parl…