Accueil litterature Ce climat que l’on cherche

Ce climat que l’on cherche

0
0
104

J’avais juste envie de vous dire que trop de personnes, des contacts, critiquent, jugent, s’arrogent le droit de vous démolir, sans rien connaître ni savoir de votre personne comme de votre histoire. Il y a des parcours sinueux, qui se font dans la douleur. Il y a des matins comme ça. Quelle explication donner à ces comportements violents ? Une de mes amies proches écrivait récemment que le raccourci négatif et cinglant prime souvent sur la bienveillance. Je suis totalement d’accord avec cette assertion. Bien vu. C’est si juste !

Cherchent-ils à se venger sur nous de ce qu’une autre leur a fait subir ? Cela existe. Evidemment, on sait les risques que l’on prend en s’exposant ; sinon on ne le fait pas mais, ceci dit, il y a une nuance entre le fait d’émettre un avis, une critique, positive ou pas, des lors qu’elle semble opportune, et de déverser un fiel injustifié, histoire de se défouler. A quoi bon si ce n’est pour se faire du bien à soi ? On attaque pas impunément l’innocence sans mobile. De plus en plus la qualité que je recherche et que j’admire avant tout chez l’autre c’est la bienveillance. De savoir s’entourer de gens qui sont dans l’empathie, la compassion fait un bien fou.

L’attention que vous porte les autres est une richesse infinie et inépuisable. J’ai déjà subi ce type de conflit, j’ai du faire face à des attaques aussi soudaines qu’imprévisibles, et incompréhensibles de la part de gens qui savent parfaitement ou frapper pour faire mal. Il n’y a pas grand intérêt à y répondre, c’est une perte de temps et d’énergie phénoménales, inutiles et surtout vaine. Et dire que toutes ces personnes vous ont fait de larges sourires, et prétendent œuvrer pour votre bien.

Et puis, vint autre chose, le temps de ces nouvelles rencontres : enrichissantes, harmonieuses, belles. Il existe des amitiés qui transforment votre vie. Désormais, je baigne dans un climat de confiance, non hostile, enfin j’allais dire. Dîtes-vous qu’il n’est jamais trop tard pour s’aimer.

 15598416_1_x

Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités)

  • de l’enfance

    Petite, je me souviens que je ne comptais pas les dodos, ni moi, ni maman. Personne autour…
  • Pen club party

    Vingt et une heures passé je me retrouve seule pendant que la demoiselle s’est  mise sur s…
  • L’outrage d’un jour

    Des outrages qui n’en finissent pas. Il fallait savoir que c’était le jour de la honte, av…
Charger d'autres articles liés
  • de l’enfance

    Petite, je me souviens que je ne comptais pas les dodos, ni moi, ni maman. Personne autour…
  • Pen club party

    Vingt et une heures passé je me retrouve seule pendant que la demoiselle s’est  mise sur s…
  • L’outrage d’un jour

    Des outrages qui n’en finissent pas. Il fallait savoir que c’était le jour de la honte, av…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • de l’enfance

    Petite, je me souviens que je ne comptais pas les dodos, ni moi, ni maman. Personne autour…
  • Pen club party

    Vingt et une heures passé je me retrouve seule pendant que la demoiselle s’est  mise sur s…
  • L’outrage d’un jour

    Des outrages qui n’en finissent pas. Il fallait savoir que c’était le jour de la honte, av…
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

L’arbre de vie

Les arbres de vie sont des peintures, gravures ou autres qui symbolisent la force de la vi…