Accueil litterature Quel est notre passé ?

Quel est notre passé ?

0
0
159

Petite fille, je m’imaginais volontiers être la descendante d’une famille royale, faire partie d’une lignée impériale, avoir des liens avec des familles de sang bleu, comme on dit. Gamine, je feuilletais les pages de Point du vue image, magazine que ma mère achetait, et m’attardais sur ces photographies, chics et classes. Je rêvais. Et puis un jour, à l’occasion d’un événement familial, un cabinet spécialisé dans la recherche dût établir un arbre généalogique de ma famille, ceci afin de ne pas oublier d’éventuels héritiers. Non seulement, j’appris que ma grand mère avait une sœur cadette, la défunte, et que mon arrière grand père maternel, espagnol, vécût à Oran. Deux nouvelles que je recevais comme un cadeau de la vie. Cette découverte me fit tressaillir de joie. Je pus alors découvrir ces parents qui m’étaient totalement inconnus jusque là. Les noms tombaient. Je sais bien que dans certaines famille, les portraits des ancêtres sont accrochés aux murs. Pas chez nous. Les origines c’est un peu comme la sève qui fait s’ériger un arbre. Cela vous nourrit. Ce sont les racines qui font en sorte que vous vous tenez droit aujourd’hui. Ce sont elles qui à travers l’histoire qu’elles véhiculent, nous font grandir aussi. C’est quelque part retrouver une partie de notre mémoire, une part de notre histoire . Il ne faut pas oublier que nous sommes également le résultat de ce passé qu’on le veuille ou pas. Ces fantômes d’ailleurs qui viennent réveiller je ne sais quoi, que l’on aurait aimé rencontrer même si on se demande ce que l’on pourrait bien avoir à leur dire. Ô il y en des choses à leur raconter, des tas ! . Apprendre ces empreintes du passé c’est aussi accepter ces parts d’ombre de nous même. Celles qui resteront à jamais des questions sans réponse. Ce qui est vrai, je ne sais pas, mais ces traits reliant des noms rend visible ce qui ne l’était pas jusque là., cet imaginaire, en faisant de nous un être nouveau. Une fantasmagorie ? Pas si sûre. Une part d’éternité qui descend jusqu’à nous et nous rend notre humanité parce que ‘elle nous installe dans une continuité dont on ne savait rien. Nous prenons conscience que nous sommes un simple maillon d’une chaîne, ca prend des allures de vérité. Je ne peux m’empêcher de penser à tous ceux dont la chaîne fut brisé par l’abandon et qui n’ont pas ce fil d’Ariane. On tente de raccommoder comme on reprise une chaussette trouée mais rien n’est aussi simple. Ce qu’ils en disent pas …Cet espace antérieur est infini, immense par contre ce que l’on peut en dire est infime.

 images

Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités).

  • A partir de …

    A partir de quoi se raconte notre histoire ? Tant de fois j’ai fait preuve de fermeté à to…
  • Soie et satin…

    C’était le dernier jour de l’été, aussi jour de mémoire, et j’ai pensé à t’écrire pour te …
  • Aux aurores…

    Aux aurores, moi, j’arrivais des jardins de mon père. Je me souviens que je portais cette …
Charger d'autres articles liés
  • A partir de …

    A partir de quoi se raconte notre histoire ? Tant de fois j’ai fait preuve de fermeté à to…
  • Soie et satin…

    C’était le dernier jour de l’été, aussi jour de mémoire, et j’ai pensé à t’écrire pour te …
  • Aux aurores…

    Aux aurores, moi, j’arrivais des jardins de mon père. Je me souviens que je portais cette …
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • A partir de …

    A partir de quoi se raconte notre histoire ? Tant de fois j’ai fait preuve de fermeté à to…
  • Soie et satin…

    C’était le dernier jour de l’été, aussi jour de mémoire, et j’ai pensé à t’écrire pour te …
  • Aux aurores…

    Aux aurores, moi, j’arrivais des jardins de mon père. Je me souviens que je portais cette …
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

La larme.

Au delà des apparences…Il a neigé. Demain, il va neiger. Mon cœur s’est blanchi. Transi et…