Accueil litterature Une seconde chance

Une seconde chance

0
0
200

Dans toute relation dite amicale, ou que l’on est amené à considérer comme telle, il est essentiel que chacun des protagonistes puissent avoir l’occasion, d’une part, de s’exprimer et dire ouvertement les choses, d’autre part,  que l’on lui offre la possibilité – ou la chance- de se remettre en question, ceci étant valable dans n’importe quelle type de relation, amicale, amoureuse, professionnelle, me semble-t-il.  On a beau savoir que l’on est attaché à l’autre, et le lui avoir  montré, prouvé, et démontré à maintes reprises, moult fois faisant preuve de compréhension, de tolérance, lui faisant une confiance aveugle et absolue. Parfois même allant jusqu’à lui laisser une ou plusiers secondes chances…On a tous dans notre entourage, toujours un.e ami.e qui compte énormément. Aucun des deux n’est parfait. Aucun ne peut revendiquer cela. On prend conscience que certaines choses sont difficiles à entendre pour l’autre car il s’est construit par rapport à ses failles, pour ne pas déplaire. C’est un devoir pour lui. Une obligation qu’il s’impose. Je n’ai jamais compris le terme de déception que je réfute car il me semble souvent bel et bien inapproprié. Pour un détail, une broutille qui ne les concerne même pas ! L’usage du terme déception, du latin decipere – tromper, m’a bien des fois posé problème. C’est fort ! Comment envisager que ces mots reflètent la réalité de toute une amitié ? Si c’est là la perception que certains ont, alors je ne peux rien y faire.  J’abandonne ! Il serait plus sage de se remettre en cause. Ne peut-on jamais pensé que nous avons pu à notre tour décevoir, untel ou machin, ou d’autre,  à certains moments, mais cela me parait tout à fait normal des lors que nous restons des êtres humains avec des qualités et des défauts.  J’ose espérer que l’importance que chacun accorde à une amitié est réciproque. Le présent et l’à venir ne sont-ils pas les moteurs d’une vie heureuse ? Inutile de dispenser son temps à se lamenter. Pour moi l’amitié, la vraie, va au delà des facheries et autres contrariétés. Des blessures du temps il y en a un et il y en aura d’autres. Elle ploie, peut-etre, mais pour mieux se redresser. Il ne fait pas ignorer l’ami.e qui a tendu la main.

images (40)

isabelle franc rttr

Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités).

  • En fait…

    Et si tout avait été orchestré…à présent, je sais pourquoi je suis tombée sut toi ; ma pet…
  • lumineuse…

    Je me hâte d’écrire ces quelques lignes, furieuses, maladroites, pour pouvoir voir tes yeu…
  • Matin…

    Je me réveille. Ce matin, l’air est chaud. Ca y est, on dirait bien que l’été est là, inst…
Charger d'autres articles liés
  • En fait…

    Et si tout avait été orchestré…à présent, je sais pourquoi je suis tombée sut toi ; ma pet…
  • lumineuse…

    Je me hâte d’écrire ces quelques lignes, furieuses, maladroites, pour pouvoir voir tes yeu…
  • Matin…

    Je me réveille. Ce matin, l’air est chaud. Ca y est, on dirait bien que l’été est là, inst…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • En fait…

    Et si tout avait été orchestré…à présent, je sais pourquoi je suis tombée sut toi ; ma pet…
  • lumineuse…

    Je me hâte d’écrire ces quelques lignes, furieuses, maladroites, pour pouvoir voir tes yeu…
  • Matin…

    Je me réveille. Ce matin, l’air est chaud. Ca y est, on dirait bien que l’été est là, inst…
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

On ne lache rien

Je ne lâcherai rien. Une fois de plus je vais me répéter parce qu’il me parait essentiel d…