Accueil litterature Ces masques

Ces masques

0
0
209

 Il n’y a pas de méchanceté plus cruelle que celle qui naît des graines du bien.” Baldassare Castiglione

 

Dans les relations humaines, je ne cesse de voir que les rapports de domination sont monnaie courante. En revanche, ce dont je m’aperçois, aujourd’hui, et cela semble être une vraie tendance, c’est qu’une partie est dissimulée. Perversité ? Manipulation ? Les deux à la fois. Pour reprendre une célèbre formule, qui n’est pas de moi, est-ce que l’on naît cruel ou le devient-on ? Il existe des personnes qui sous des apparences de gentillesse se révèlent d’une féroce cruauté. Elles sont capables de blesser quiconque parce qu’elles ont elles-même été blessées. On peut adhérer ou pas, c’est ce que j’ai lu dans un article Et il y en a plus qu’on le pense. Des individus comme cela on peut en croiser des dizaines par jour sans le savoir. J’en ai bien évidemment côtoie car elles sont partout, dans le milieu professionnel, dans le cercle familial ou amical. De prime abord elles se montrent avenantes, agréables et généreuses, souriantes, sauf que derrière cette façade se cachent de profondes blessures non cicatrisées. Je rappelle que chacun de nous a enfermé en lui-même ses propres frustrations, vécues, autant de douleurs, de peines et de cris qui nous privent de toute liberté. Elles conditionnent nos choix bien A mon sens cette méchanceté nous apprend quelque chose de la personne. Ce genre de personnalité nous endort avec leurs flatteries, à coup de mensonges … une chose est sure : le langage est un semblant, hypocrite, fantaisiste. Autre question. Que peut-on attendre de ce genre d’individu ? En vérité, pas grand chose, pour ne pas dire rien.

 images (5)

isabelle franc rttr

Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités <http://www.culture.gouv.fr/culture/info pratiques/droits/protection.htm>

  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres articles liés
  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Libre au vent…

On se souvient principalement de la douleur. De l’amertume des eaux. Des griffures des cor…