Accueil litterature Se souvenir encore

Se souvenir encore

0
1
69

Je me souviens de la position. J’aperçois un léger froissage du corps, curieusement, certains plis s’entremêlaient à ceux des draps. J’ai eu la nette impression que tu la tenais à l’instar d’un de ces modèles rétribués pour être dessinés. Cette nuit, je t’ai contemplé. J’ai eu tout le loisir de t’admirer,  je t’ai longtemps observé, regardé, sans contrepartie, ni caresse ni jeux de jambes.…Je ne saurais avouer avec exactitude le nombre de minutes qui se sont écoulées entre deux regards combien de secondes entres deux palpations. .

J’avoue avoir optimisé tout le temps qui m’était imparti, et plus, sans faire le moindre bruit. Comme je m’en serais voulu de cet écho qui aurait pu troubler ton lourd sommeil, si paisible, l’interrompre, pas le moindre son susceptible de t’éveiller. Je ne cherchais nullement à faire craquer le silence, je me suis tenue à côté, j’en ai profité pour te parler, te dire ce que je n’aurais jamais révélé autrement. Alors, quand je dis que tu m’appartiens, à cet instant, en plein milieu de la nuit, que j’ai posé mon visage sur la partie bombée de ton buste, partie prédominante, imberbe, ben quoi, je fantasme, moi aussi, exactement comme toi. Je comprends que ce soit difficile à croire

Après tout que fais-je de mal ? Rien. Est-ce le passage du statut d’enfant choyé à celui de reposoir qui te rend si fébrile ? J’ai dû abandonner les douleurs au moment même ou j’ai acquis tes certitudes. Je n ‘ai fait que les ramasser comme des feuilles mortes tombées. J’ai attendu , les bras mêlés, toute la nuit, histoire de vérifier que tu m’aimais. Seul l’aube pouvait détenir l’amorce d’une réponse. Seule la lumière cotonneuse de l’aurore qui enveloppe nos corps gomme ces intervalles, ces creux entre nos deux chairs.

images (16)

 isabelle franc rttr

Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités <http://www.culture.uv.fr/culture/info pratiques/droits/protection.ht

  • Pensée du crépuscule

     » Si tu trouves celle qui est prête à souffrir avec et pour toi, ne la laisse …
  • Et Dieu créa …

    Et si Dieu créa la femme…il l’agrémenta, surtout, en la dotant d’un espa…
  • Ce lieu

    Régulièrement, la descente se fait. Vers ce lieu d’été. Pas d’ombre. Peu d’air…
Charger d'autres articles liés
  • Pensée du crépuscule

     » Si tu trouves celle qui est prête à souffrir avec et pour toi, ne la laisse …
  • Et Dieu créa …

    Et si Dieu créa la femme…il l’agrémenta, surtout, en la dotant d’un espa…
  • Ce lieu

    Régulièrement, la descente se fait. Vers ce lieu d’été. Pas d’ombre. Peu d’air…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • Pensée du crépuscule

     » Si tu trouves celle qui est prête à souffrir avec et pour toi, ne la laisse …
  • Et Dieu créa …

    Et si Dieu créa la femme…il l’agrémenta, surtout, en la dotant d’un espa…
  • Ce lieu

    Régulièrement, la descente se fait. Vers ce lieu d’été. Pas d’ombre. Peu d’air…
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Bonnes Fêtes

Dans deux jours, le 25, on y sera, nous fêterons Noël. Que l’on soit croyant ou pas,…