Lutte

2
0
168

Qu’est-ce que tu me dis là ? Merci mais je crois avoir bien compris. S’il y a bien une chose que j’ai saisi c’est que les gens, et c’est valable pour n’importe quel quidam, ne supportent pas que des pensées divergentes des leurs soient énoncées, projetées. Toute dissonnance est bannie. Ils détestent entendre ce que l’autre pense réellement. J’ai fini par me faire une raison à cette irrationalité, en me disant qu’au fond cela ne les intéressait pas vraiment, en fait, tout ce qu’ils désirent c’est uniquement entendre des paroles qui les confortent dans leur estime, leur choix etc…je suis convaincue que la vision des autres ne représente aucun interêt à leurs yeux. Ils ne montrent aucun goût pour les joutes verbales, les confrontations orales, les débats, toute dialectique est à proscrire.

ead0618e9dec6854298993d84f7b0555Lu

isabelle franc rttr

texte protégé

  • de l’enfance

    Petite, je me souviens que je ne comptais pas les dodos, ni moi, ni maman. Personne autour…
  • Pen club party

    Vingt et une heures passé je me retrouve seule pendant que la demoiselle s’est  mise sur s…
  • L’outrage d’un jour

    Des outrages qui n’en finissent pas. Il fallait savoir que c’était le jour de la honte, av…
Charger d'autres articles liés
  • de l’enfance

    Petite, je me souviens que je ne comptais pas les dodos, ni moi, ni maman. Personne autour…
  • Pen club party

    Vingt et une heures passé je me retrouve seule pendant que la demoiselle s’est  mise sur s…
  • L’outrage d’un jour

    Des outrages qui n’en finissent pas. Il fallait savoir que c’était le jour de la honte, av…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • de l’enfance

    Petite, je me souviens que je ne comptais pas les dodos, ni moi, ni maman. Personne autour…
  • Pen club party

    Vingt et une heures passé je me retrouve seule pendant que la demoiselle s’est  mise sur s…
  • L’outrage d’un jour

    Des outrages qui n’en finissent pas. Il fallait savoir que c’était le jour de la honte, av…
Charger d'autres écrits dans litterature

2 Commentaires

  1. Tienou

    2 juillet 2018 à 11 h 37 min

    Ah que ne suis-je d’accord avec toi ^_^
    Ils ne parviennent pas même, bien sûr, à imaginer qu’une autre vue que la leur puisse contribuer à leur enrichissement personnel, hélas!
    C’est un peu comme si les fleurs refusaient qu’une d’une autre couleur côtoie son espace personnel :-’

    Répondre

    • handiparisperpignan

      2 juillet 2018 à 20 h 33 min

      oui, merci

      Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

L’insensé

Je sais comme cela est insensé. Je sais aussi comme cela est irrationnel. C’est tout…