Incertain

2
0
190

Peut-être, peut-être pas. Incertain.

C’est fini. L’histoire se termine. Elle aura duré ce qu’elle a duré. J’ignore dans quelle mesure ce laps de temps était prévu, prévisible ? Hier, les bras m’en sont tombés. Toute fracassée, j’ai senti tout le lest se décharger des sacs sur mes épaules, chuter dans mes talons, quel poids, cette lourdeur qui a engourdit petit à petit les jambes m’empêche d’avancer. Non, jamais une seconde, je n’ai cru que l’on finirait notre vie ensemble. C’est juste l’envie de se réveiller à chaque aurore à côté d’une âme, d’une enveloppe corporelle, faite de chair, d’entrailles, de tripes, sans se poser la question de la finitude. Et de la frayeur de perdre l’autre. Mon corps me répète que je souffre, là où elle ne serait qu’une amante qui blesse, indigne d’aimer pour cette même raison, et d’être aimée ; je devais encore avoir cette folle croyance.

téléchargement (1)

 

isabelle franc rttr

Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités <http://www.culture.uv.fr/culture/info pratiques/droits/protection.ht

  • de l’enfance

    Petite, je me souviens que je ne comptais pas les dodos, ni moi, ni maman. Personne autour…
  • Pen club party

    Vingt et une heures passé je me retrouve seule pendant que la demoiselle s’est  mise sur s…
  • L’outrage d’un jour

    Des outrages qui n’en finissent pas. Il fallait savoir que c’était le jour de la honte, av…
Charger d'autres articles liés
  • de l’enfance

    Petite, je me souviens que je ne comptais pas les dodos, ni moi, ni maman. Personne autour…
  • Pen club party

    Vingt et une heures passé je me retrouve seule pendant que la demoiselle s’est  mise sur s…
  • L’outrage d’un jour

    Des outrages qui n’en finissent pas. Il fallait savoir que c’était le jour de la honte, av…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • de l’enfance

    Petite, je me souviens que je ne comptais pas les dodos, ni moi, ni maman. Personne autour…
  • Pen club party

    Vingt et une heures passé je me retrouve seule pendant que la demoiselle s’est  mise sur s…
  • L’outrage d’un jour

    Des outrages qui n’en finissent pas. Il fallait savoir que c’était le jour de la honte, av…
Charger d'autres écrits dans litterature

2 Commentaires

  1. Tienou

    5 juillet 2018 à 12 h 00 min

    Ce sont toujours des moments graves. Ils nous touchent parfois avec tant de force, exercent sur notre mental une telle pression…
    Mais l’important est de savoir se préserver assez de force et garder la tête suffisamment droite… Pour ne percuter en chemin d’autres écueil. Un ça va ! ça suffit

    Répondre

    • handiparisperpignan

      5 juillet 2018 à 15 h 56 min

      coucou je vous remercie de votre mot, de votre présence quotidienne, merci à vous

      Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Sans fin

Notre marge de manœuvre est bien faible, croyez-moi. Alors il ne faut pas hésiter à pointe…