Accueil litterature En bord de mer…

En bord de mer…

0
0
88

Tout est là. Tout paraît aller dans un certain ordre. L’enchaînement de tout semble quasi naturel comme une suite musicale, qui se poursuit crescendo, en dehors des pensées qui, elles, viennent comme ça leur chante. Les évènements semblent nécessairement suivre un algorithme logique propre à eux sur lequel on n’aurait aucune prise. Enfin il serait grand temps de penser à sa être intérieur. Tôt ou tard, un jour, on disparait pour de bon de la vie de l’autre mais c’est souvent que l’on s’enfuit trop tard. Il aura fallu être dans une certaine compréhension, celle que tout va de soi, pour éluder toute insistance.  Je ne saurais ni obtempérer ni cacher, au contraire, j’ai lutté pour clamer cette part odieuse, cet aplomb, afin que circule, à l’endroit ou à l’envers, quelque chose d’innommable.

 

images

isabelle franc rttr

Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités <http://www.culture.uv.fr/culture/info pratiques/droits/protection.ht

  • de l’enfance

    Petite, je me souviens que je ne comptais pas les dodos, ni moi, ni maman. Personne autour…
  • Pen club party

    Vingt et une heures passé je me retrouve seule pendant que la demoiselle s’est  mise sur s…
  • L’outrage d’un jour

    Des outrages qui n’en finissent pas. Il fallait savoir que c’était le jour de la honte, av…
Charger d'autres articles liés
  • de l’enfance

    Petite, je me souviens que je ne comptais pas les dodos, ni moi, ni maman. Personne autour…
  • Pen club party

    Vingt et une heures passé je me retrouve seule pendant que la demoiselle s’est  mise sur s…
  • L’outrage d’un jour

    Des outrages qui n’en finissent pas. Il fallait savoir que c’était le jour de la honte, av…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • de l’enfance

    Petite, je me souviens que je ne comptais pas les dodos, ni moi, ni maman. Personne autour…
  • Pen club party

    Vingt et une heures passé je me retrouve seule pendant que la demoiselle s’est  mise sur s…
  • L’outrage d’un jour

    Des outrages qui n’en finissent pas. Il fallait savoir que c’était le jour de la honte, av…
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

A mes 50 ans

Aime-là cette vie…. Casse-lui la gueule….. Bouleverse-toi d’elle ……