Accueil litterature Un beau foutoir !

Un beau foutoir !

0
1
95

Un beau foutoir…

La nuit, tout le monde fait des voyages dans ses rêves. Personne n’en a conscience, moi, je les oublie aussitôt éveillé ; d’autres conservent un vague souvenir, à peine, des bribes, quelques miettes. Il est possible que la poétique des rêves ait soudain quelque chose à voir avec la profondeur du regard, suscité l’entrebâillement, l’étirement qui accentue l’espace du doute.

Comment reconnait-on un rêve ? A quoi ? Parce qu’il rend souffreteux celui qui l’installe, le faisant souffrir, le laissant totalement démuni face au principe de réalité…vite, il lui faut dénicher un endroit, un lieu ou déposer cet éternel ressac qui submerge tout à tour chaque organe, sorte d’alcôve ou elle a entassé tant d’illusions, tout un tas de mots anciens, des mots ivres, des mots bateaux.

Vite, il faut déceler les désenchantements, et le reste, de ceux qui étaient déjà là et le sont encore.

 

117667395

isabelle franc rttr

Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités <http://www.culture.uv.fr/culture/info pratiques/droits/protection.ht

  • Ecriture

    Donc, voilà, j’écris. C’est un jeu d’enfant, un simple jeu de construction. Je m’app…
  • La vie privée lecture O Steiner

    Nous entrons dans un huis-clos, cet  espace barbelé, devenu, un instant, l’antre d’un corp…
  • Les yeux

    C’est donc là, là, dis-je, en inclinant, baissant, les yeux, tout en bas, à la fin de la c…
Charger d'autres articles liés
  • Ecriture

    Donc, voilà, j’écris. C’est un jeu d’enfant, un simple jeu de construction. Je m’app…
  • La vie privée lecture O Steiner

    Nous entrons dans un huis-clos, cet  espace barbelé, devenu, un instant, l’antre d’un corp…
  • Les yeux

    C’est donc là, là, dis-je, en inclinant, baissant, les yeux, tout en bas, à la fin de la c…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • Ecriture

    Donc, voilà, j’écris. C’est un jeu d’enfant, un simple jeu de construction. Je m’app…
  • La vie privée lecture O Steiner

    Nous entrons dans un huis-clos, cet  espace barbelé, devenu, un instant, l’antre d’un corp…
  • Les yeux

    C’est donc là, là, dis-je, en inclinant, baissant, les yeux, tout en bas, à la fin de la c…
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Cet enfant

‌On ne peut même pas imaginer à quel point. C’était une enfant difficile, angoissée,…