Bilbo

0
1
166

Saint Cyprien. Le corps allongé, supposé être celui d’une jeune femme, demeure inerte, gisant face contre terre. Autour d’elle, quelques garçons, trois ou quatre filles au bord de l’hystérie persistent à se crêper le chignon. C’est en plein milieu de la nuit, nous avons été réveillés par une prolifération d’injures qui transpire la haine. Le cellulaire affiche 3 heures, à peine. L’altercation se déroule juste en bas, sous le balcon de l’appartement loué, à la terrasse du bar qui fait l’angle, le Bilbo. Une jeune femme assise sur le parapet d’en face se tient à l’écart, pendu à son téléphone sans doute un quelconque appel vers les secours. Les pompiers arrivent sur place cinq minutes après, deux s’affairent…le tout dure un petit moment avant que n’arrivent les policiers.

70407852

isabelle franc rttr

Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités <http://www.culture.uv.fr/culture/info pratiques/droits/protection.ht

 

  • de l’enfance

    Petite, je me souviens que je ne comptais pas les dodos, ni moi, ni maman. Personne autour…
  • Pen club party

    Vingt et une heures passé je me retrouve seule pendant que la demoiselle s’est  mise sur s…
  • L’outrage d’un jour

    Des outrages qui n’en finissent pas. Il fallait savoir que c’était le jour de la honte, av…
Charger d'autres articles liés
  • de l’enfance

    Petite, je me souviens que je ne comptais pas les dodos, ni moi, ni maman. Personne autour…
  • Pen club party

    Vingt et une heures passé je me retrouve seule pendant que la demoiselle s’est  mise sur s…
  • L’outrage d’un jour

    Des outrages qui n’en finissent pas. Il fallait savoir que c’était le jour de la honte, av…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • de l’enfance

    Petite, je me souviens que je ne comptais pas les dodos, ni moi, ni maman. Personne autour…
  • Pen club party

    Vingt et une heures passé je me retrouve seule pendant que la demoiselle s’est  mise sur s…
  • L’outrage d’un jour

    Des outrages qui n’en finissent pas. Il fallait savoir que c’était le jour de la honte, av…
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

La tête penchée

J’avais délicatement penché ma tête sur leurs épaules, leurs projets ; ils avaient été pré…