Accueil litterature les nuits lentes

les nuits lentes

0
1
251

Les nuits les plus stridentes et langoureuses ont toujours été celles-ci. L’insoutenable lenteur des nuits d’été à n’en plus finir en attendant ses mains. Lui,  se tenait gisant sur le lit, il était étiré, étendu, dénudé, nu de tout ; il devait dormir ; comme un nourrisson, à poing fermé,  elle souleva par un  coin le drap blanc, d’un geste le rejeta, il resta froissé au pied, pu, alors, contempler le corps lisse ainsi exposé à sa gourmandise,  dentelé, recroquevillé tout contre le sien, à l’heure où les cieux apparaissent constellés d’étoiles filantes, mes yeux voyaient tout de cet espace, je continue à déplier mon regard sur ce corps, enveloppé d’une candeur, qui se répand dans des postures bourgeoises, précieuses, vivre de ce regard c’est respirer plus intensément qu’à l’accoutumée, Elle fit pivoter le poids du corps dans un effort démesuré

 téléchargement (16)

 

isabelle franc rttr

Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités <http://www.culture.uv.fr/culture/info pratiques/droits/protection.ht

 

  • Juste être…

    Un visage de plus. En attendant, je respire ton absence. Lorsque l’unique réponse que tu d…
  • Océan bleu…

    C’est bien ça, je voulais être un début. Être le mot qui manque. Être quelque chose qui an…
  • Couleurs…

    Où partent nos chagrins et nos doutes ? Il y a sur le chemin de la vie, parfois, de belles…
Charger d'autres articles liés
  • Juste être…

    Un visage de plus. En attendant, je respire ton absence. Lorsque l’unique réponse que tu d…
  • Océan bleu…

    C’est bien ça, je voulais être un début. Être le mot qui manque. Être quelque chose qui an…
  • Couleurs…

    Où partent nos chagrins et nos doutes ? Il y a sur le chemin de la vie, parfois, de belles…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • Juste être…

    Un visage de plus. En attendant, je respire ton absence. Lorsque l’unique réponse que tu d…
  • Océan bleu…

    C’est bien ça, je voulais être un début. Être le mot qui manque. Être quelque chose qui an…
  • Couleurs…

    Où partent nos chagrins et nos doutes ? Il y a sur le chemin de la vie, parfois, de belles…
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Au bord de l’eau…

Un matin, j’ai fini par comprendre que mon silence avait heurté tes convictions, tes princ…