Papa..

0
1
100

En ce moment, les nuits, toutes, sont étonnantes, graves…remonte à la surface, les insomnies de mon père, nos nuits blanches. Je revois son visage qui égrenait les heures désirant par dessus tout se reposer. J’ai gardé ça de lui. Comme lui je suis une anxieuse, l’existence m’angoisse. Et puis il y a ce besoin constant d’être rassuré face à l’absurdité de la vie, face à ce monde qui va à sa perte…Est-ce pour cela qu’il m’arrive de rêver qu’il me serre dans ses bras, ce qu’il n’avait pas l’habitude de faire. Cette sensation fugace, tenace d’être son portrait craché, être comme lui. Penser à lui ne m’effraie pas, pourquoi ? C’est comme s’il était là pour me rassurer, m’épauler, certes, je n’entends pas ses mots mais son souffle se propage à l’intérieur de moi. Il y a la place pour son amour. Aller à la mer avec lui aurait été un rêve.

 images (1)

isabelle franc rttr

Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités <http://www.culture.uv.fr/culture/info pratiques/droits/protection.ht

  • de l’enfance

    Petite, je me souviens que je ne comptais pas les dodos, ni moi, ni maman. Personne autour…
  • Pen club party

    Vingt et une heures passé je me retrouve seule pendant que la demoiselle s’est  mise sur s…
  • L’outrage d’un jour

    Des outrages qui n’en finissent pas. Il fallait savoir que c’était le jour de la honte, av…
Charger d'autres articles liés
  • de l’enfance

    Petite, je me souviens que je ne comptais pas les dodos, ni moi, ni maman. Personne autour…
  • Pen club party

    Vingt et une heures passé je me retrouve seule pendant que la demoiselle s’est  mise sur s…
  • L’outrage d’un jour

    Des outrages qui n’en finissent pas. Il fallait savoir que c’était le jour de la honte, av…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • de l’enfance

    Petite, je me souviens que je ne comptais pas les dodos, ni moi, ni maman. Personne autour…
  • Pen club party

    Vingt et une heures passé je me retrouve seule pendant que la demoiselle s’est  mise sur s…
  • L’outrage d’un jour

    Des outrages qui n’en finissent pas. Il fallait savoir que c’était le jour de la honte, av…
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Quel est ce corps ?

Qu’est-il arrivé à ce corps ? J’ai tant de peine à le reconnaître. Lui, si mai…