Accueil litterature Est-ce un laisser aller ?

Est-ce un laisser aller ?

0
2
334

Aujourd’hui, je ne m’étonne plus de rien. L’insensé, le ridicule, l »irrationnel ont pris place dans les rapports humains, et j’irai jusqu »à dire qu’ils en sont devenus le ciment. La loi du plus fort a fini par s’imposer, c’est celle qui règne, partout, dorénavant, l’égoïsme, l’individualisme ont la main mise sur l’ensemble des aspects.. Il faut s’accrocher pour sortir à présent de sa zone de confort.

L’étonnement, c’est d’abord la surprise causée par ce que l’on voit, ce que l’on entend, qui nous sidère, parce plus personne n’a de mot à poser, plus de mot pour dire notre violence, l’abattre avant de lui concéder une once de terrain. Ils sont essentiels, ils sont notre expression., notre mondanité, aussi., sans eux, pas de relations. Mais comment les rattraper ? Ils sont nombreux, fuyants et farceurs. C’est quelque chose auquel on ne s’attendait pas et qui, malgré nous, nous emporte vers des terres inconnues. Et auquel nous devons faire face. Réagir !

J’ai tendance à penser que depuis quelques temps, déjà, les gens semblent mettre de la distance entre eux. Au lieu de se parler, d’utiliser le langage, ils communiquent par geste.  Un signe de la tête qui signifie dégage suffit à faire comprendre à l’autre qu’il gène. Ce monde est devenu si froid et indifférent. Plus personne n’a le temps de rien. Souvent, pour ne pas dire toujours, occupé à autre chose. J’ai si souvent cru que l’autre était dans le partage, dans le  don de soi, comme moi je le suis envers mes amies et ma famille. Tout simplement faire passer l’autre avant soi.

L’étonnement peut engendrer une certaine frustration, voire de l’incompréhension. On se trouve pris alors au milieu d’une toile de sentiments contraires et d’émotions ambivalentes difficiles à gérer.  Se concentrer sur l’essentiel, se rappeler ce qui a été partagé. L’essence même de ces instants ne peut que guider vers une issue sereine et positive. Ce n’est pas un combat, pas de vainqueur, ni de vaincu. Juste le simple fait de laisser s’exprimer ses émotions, juste de l’amour, rien que de l’amour. L’important est de les retrouver, de se souvenir d’eux, empêcher leur dissolution complète. Faut-il avoir honte des mots ? 

15598416_1_x

 

isabelle franc rttr

Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités <http://www.culture.uv.fr/culture/info pratiques/droits/protection.ht

 

  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres articles liés
  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Vole au vent…

Je ne suis pas sûre de vouloir quitter le rêve que tu as fait naitre et grandir en moi. Il…