Accueil litterature J’aimerais savoir

J’aimerais savoir

0
1
231

Dîtes le moi. Que reste-t-il une fois que l’on a retiré le vernis ? Nous avions les même rires me semble-t-il. Des rires joyeux, francs, si communicatifs que tous les autres jalousaient notre relation amicale. Ils ne cessaient de poser des tas de questions aussi intimes et personnelles les unes que les autres. L’indiscrétion dont ils faisaient preuve n’avaient pas l’air de les choquer, encore moins de provoquer chez eux le moindre scrupule. J’aurai bien aimé pourtant. À leur place je serai rouge de honte ! Nous partagions les mêmes rêves aussi. Au fond personne ne devrait pouvoir échapper à une réalité dite objective et neutre. La suite ? Je ne sais pas. Je ne de veine pas. L’avenir ? Je ne peux rien en dire.  Je regarde droit devant. Seul comptent à mes yeux tous ces regards échangés, tous ces mots dits en catimini, comme des chuchotements, tous ces manques de toi…tout ceci en dit long sur la profondeur de notre amitié, n’est-ce pas ? Croire que nous vivons tous au milieu d’un immense bal masqué sans que jamais un seul masque ne tombe est juste inenvisageable pour moi.

 b2d5899f79c7c03afc12da748db48d9bimgp0255

Isabelle FRANC RTTR

Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités).

  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres articles liés
  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Ne rien oublier, en parler

En fait, il y a longtemps déjà que je songeais à vous sensibiliser au sujet du «  hand in …