Accueil litterature En principe…

En principe…

0
1
172

Dans quelle mesure la femme aurait-elle consenti à tout ce qu’elle a vécu ? Elle n’aurait rien choisi, pas de libre arbitre possible, envisageable. Elle n’aurait rien dit. Il y a là un flou, un espace infini toujours d’une blancheur quasi immaculé qui ne serait pas sans rappeler la mer…l’écume.  La mer que je ne montre pas parce qu’elle se devine à l’intérieur de chacun, de l’homme comme de la femme.  Je suppose qu’elle a dû abdiquer face à l’homme, dan son désir elle a cherché à se blottir, toute recroquevillée dans son narcissisme à lui, son débordement. Que voulait-elle exactement ?  L’homme se serait mis à parler avec un certain agacement, s’adressant à elle d’un air condescendant. Il sait paraitre, prendre un air fier et pédant.

 th

Isabelle franc rttr

Texte protégé par les droits d auteur

  • Juste être…

    Un visage de plus. En attendant, je respire ton absence. Lorsque l’unique réponse que tu d…
  • Océan bleu…

    C’est bien ça, je voulais être un début. Être le mot qui manque. Être quelque chose qui an…
  • Couleurs…

    Où partent nos chagrins et nos doutes ? Il y a sur le chemin de la vie, parfois, de belles…
Charger d'autres articles liés
  • Juste être…

    Un visage de plus. En attendant, je respire ton absence. Lorsque l’unique réponse que tu d…
  • Océan bleu…

    C’est bien ça, je voulais être un début. Être le mot qui manque. Être quelque chose qui an…
  • Couleurs…

    Où partent nos chagrins et nos doutes ? Il y a sur le chemin de la vie, parfois, de belles…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • Juste être…

    Un visage de plus. En attendant, je respire ton absence. Lorsque l’unique réponse que tu d…
  • Océan bleu…

    C’est bien ça, je voulais être un début. Être le mot qui manque. Être quelque chose qui an…
  • Couleurs…

    Où partent nos chagrins et nos doutes ? Il y a sur le chemin de la vie, parfois, de belles…
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Tremblements

Apres l’attente, après la pluie…on croise un instant l’infini. Et ainsi, passe un vol de c…