Accueil litterature Chronique Et boire ma vie…

Chronique Et boire ma vie…

Commentaires fermés
1
75

Je n’ai jamais pensé de ce roman qu’il était autre chose que magnifique. J’ai rarement lu autant de délicatesse, de finesse, de retenue, et d’humanité que dans ces mots. Je ne trouve rien d’aussi agréable que de lire une écriture si ciselée qui rend si bien la fragilité. Et délicate qui fait mouche à chaque mot, à l’endroit qu’il faut. Je pense qu’elle montre tout simplement les défaillances de l’être humain, sa vulnérabilité, l’incertitude de notre mémoire. Très intelligemment fait, construit, créatif et inspiré, mais avons-nous une ombrelle pour nous protéger de ces aléas de la vie…l’auteur.e nous amène exactement là où elle veut, dans ces failles enfantines, celles de l’âge où il ne faut rien entendre. Quant à l’apaisement il viendrait après, forcement, à l’âge adulte. Ce sont autant de fragments qui me ramènent à l’alcoolisme de mon propre père, dans cette histoire il y a, en abime, la mienne, et tant d’autres.

 

Cathy, elle laisse au lecteur cette chanson particulière, cette envie de la serrer dans les bras. 

 téléchargement

Isabelle franc rttr

Texte protégé copyright

  • de l’enfance

    Petite, je me souviens que je ne comptais pas les dodos, ni moi, ni maman. Personne autour…
  • Pen club party

    Vingt et une heures passé je me retrouve seule pendant que la demoiselle s’est  mise sur s…
  • L’outrage d’un jour

    Des outrages qui n’en finissent pas. Il fallait savoir que c’était le jour de la honte, av…
Charger d'autres articles liés
  • de l’enfance

    Petite, je me souviens que je ne comptais pas les dodos, ni moi, ni maman. Personne autour…
  • Pen club party

    Vingt et une heures passé je me retrouve seule pendant que la demoiselle s’est  mise sur s…
  • L’outrage d’un jour

    Des outrages qui n’en finissent pas. Il fallait savoir que c’était le jour de la honte, av…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • de l’enfance

    Petite, je me souviens que je ne comptais pas les dodos, ni moi, ni maman. Personne autour…
  • Pen club party

    Vingt et une heures passé je me retrouve seule pendant que la demoiselle s’est  mise sur s…
  • L’outrage d’un jour

    Des outrages qui n’en finissent pas. Il fallait savoir que c’était le jour de la honte, av…
Charger d'autres écrits dans litterature
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Philosophie du regard

Quand le regard des autres ne se défait pas de votre corps, alors on a plus de choix. Quan…