Urgence

Commentaires fermés
1
67

 

Il y a urgence…Il y a des questions qui nous inondent parce qu’elles reviennent sans cesse, obsédantes, et des sujets épineux dont la majorité refuse d’entendre parler. Il est rare que l’on évoque le côté inéluctable de l’avenir ; ce sont des choses qui vont arriver pourtant ; on en a la certitude. Une sorte d’insouciance les maintient dans cette croyance idiote et fausse. L’effondrement frappe à nos portes et personne ne réagit…personne ne semble s’en faire, ces images que nous nous empressons de jeter aux oubliettes, alors il est temps de prendre des mesures mais encore faut-il savoir comment inverser la vapeur. Ceci est une aporie qui m’obsède, tout autant qu’un désespoir qui m’habite et une impasse qui me tue. A compter de ce jour, cessons de nous bercer d’illusions, il n’y a plus de doutes possibles, la suite envisageable : ne rien lâcher. Tout le monde le sait et on persiste à fermer les yeux…on dira il faisait bon vivre avant., étrange sensation que celle d’être passé à côté. Nous sommes inscrits dans la légèreté, tous des passagers de poussière et d’eau. Qu’attendons-nous pour agir, de ne plus pouvoir compter les nuages, que notre ciel s’assombrisse, s’encombre, s’épaississe.. quoi.

 téléchargement (1)

isabelle franc rttr

Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités <http://www.culture.uv.fr/culture/info pratiques/droits/protection.ht  // -tous droits réservés-Copyright ©- 2018/

  • de l’enfance

    Petite, je me souviens que je ne comptais pas les dodos, ni moi, ni maman. Personne autour…
  • Pen club party

    Vingt et une heures passé je me retrouve seule pendant que la demoiselle s’est  mise sur s…
  • L’outrage d’un jour

    Des outrages qui n’en finissent pas. Il fallait savoir que c’était le jour de la honte, av…
Charger d'autres articles liés
  • de l’enfance

    Petite, je me souviens que je ne comptais pas les dodos, ni moi, ni maman. Personne autour…
  • Pen club party

    Vingt et une heures passé je me retrouve seule pendant que la demoiselle s’est  mise sur s…
  • L’outrage d’un jour

    Des outrages qui n’en finissent pas. Il fallait savoir que c’était le jour de la honte, av…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • de l’enfance

    Petite, je me souviens que je ne comptais pas les dodos, ni moi, ni maman. Personne autour…
  • Pen club party

    Vingt et une heures passé je me retrouve seule pendant que la demoiselle s’est  mise sur s…
  • L’outrage d’un jour

    Des outrages qui n’en finissent pas. Il fallait savoir que c’était le jour de la honte, av…
Charger d'autres écrits dans litterature
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Quel détour…

Notre époque semble être traversée par le désir. Il ne faut pas céder sur son désir. Il fa…