Accueil litterature Er la politesse alors…

Er la politesse alors…

Commentaires fermés
0
62

La disparition de la politesse….obsolète, surannée, la politesse n’a plus cours. La politesse serait-elle devenue désormais une valeur appartenant au passé ? Serait-ce donc être passéiste que de faire usage de formules tels que : s’il vous plait, merci, pardon etc… ici, je n’évoque même pas ces comportements désuets, c’est dire, tenir la porte à la personne suivante. Aujourd’hui, à croire le peu que je peux en voir, elle n’est plus celle d’avant. Citons un exemple, l’autre jour j’étais dans le métropolitain, assise, lorsqu’une dame en situation de handicap, canne à la main monte dans la rame. Que croyez-vous qu’il se passât ? Tous ces messieurs contemporains, à l’air plutôt jeunot, trop fatigués mais bien confortablement installés  firent mine de ne rien voir, certains baissèrent les yeux, d’autres plongèrent le nez sur leur écran,  bref, aucun n’eut la politesse de laisser sa place à cette personne pour qui la station debout  était pénible et elle ne faisait pas semblant ! Hélas ! La politesse ne se montre plus. C’est tout naturellement que je lui ai proposé de prendre ma place, profitant de  cette occasion pour échanger quelques mots le temps de quelques stations. Je lui ai fait part de ma stupéfaction. Il se trouve qu’elle n’était qu’à demi étonnée.  Elle me fit même la confidence qu’elle ne demandait même plus, ce qui est pourtant son droit le plus strict, tellement elle avait conscience du dérangement qu’elle causait. J’ai même cru un instant ressentir la honte qu’elle pouvait éprouver à quémander ainsi. La peur de se faire rabrouer, maltraiter…dorénavant on en arrive à ce point. Triste !  Alors j’ai décidé de ne plus tolérer l’intolérable…ne plus fermer les yeux, ne plus accepter, ne plus me taire, non plus. Même si je faisais déjà trop de bruit pour certains, je brûle d’envie d’en faire encore plus. J’aurais difficilement supporté une enfance dans un cadre aussi violent et agressif. J’aimerai repasser totalement au siècle précédent. En vieillissant j’ai appris l’importance de toutes ces contraintes qui rendent le monde plus poétique pour qui s’y plie. Ce sera une des tâches de la jeunesse : renouer avec ces mots adoucissants.

 

 politesse

Isabelle franc rttr

Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités <http://www.culture.uv.fr/cultupratiques/droits/protection.ht  // -tous droits réservés-Copyright ©- 2018

 

 

  • Quelle privation ?

    Est-il encore utile de se forcer à faire ce qui nous déplait tant pars ces temps gangrénés…
  • Quel être es-tu ?

     Ce que j’ai dit, je le dis et le redis. Je l’assume. J’ai la chance d’aimer et d’être aim…
  • Papier d’armenie

    A l’heure où décline, chaque aurore pâle et cotonneuse je me réconcilie avec ce fol espoir…
Charger d'autres articles liés
  • Quelle privation ?

    Est-il encore utile de se forcer à faire ce qui nous déplait tant pars ces temps gangrénés…
  • Quel être es-tu ?

     Ce que j’ai dit, je le dis et le redis. Je l’assume. J’ai la chance d’aimer et d’être aim…
  • Papier d’armenie

    A l’heure où décline, chaque aurore pâle et cotonneuse je me réconcilie avec ce fol espoir…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • Quelle privation ?

    Est-il encore utile de se forcer à faire ce qui nous déplait tant pars ces temps gangrénés…
  • Quel être es-tu ?

     Ce que j’ai dit, je le dis et le redis. Je l’assume. J’ai la chance d’aimer et d’être aim…
  • Papier d’armenie

    A l’heure où décline, chaque aurore pâle et cotonneuse je me réconcilie avec ce fol espoir…
Charger d'autres écrits dans litterature
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Ce lien maternel

Ce ne peut être qu’une douce, heureuse et harmonieuse relation que celle existante  entre …