Accueil litterature Notre combat

Notre combat

0
2
76

Que voulions-nous ? Nous voulions être des combattants. Nous rêvions d’être des révolutionnaires…des guerriers, des vrais, nous voulions nous donner les moyens de réussir par les armes et le sang. Nous voulions vaincre notre peur. Nous voulions regarder demain sans crainte. Aujourd’hui, on frappe, on castagne, on incendie et on casse…Adieu les actes de bravoure, les preuves de courage, bref, l’héroïsme d’un commandant. Nous voulions marcher dans les pas des braves fous de rage, convaincus de notre légitime victoire.

téléchargement

ISABELLE FRANC RTTR

Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités <http://www.culture.uv.fr/cultupratiques/droits/protection.ht  // -tous droits réservés-Copyright ©- 2018

 

  • Au pied du mur

    Au pied du mur. C’est toujours dans les embruns du désir que les racines de tout nouveau l…
  • Porter la lune

    Une main tendue qui porterait la lune. On la voit  apparaitre, puis disparaître, pour reve…
  • Réflexion sur le temps…

    Quel beau fantasme que celui de l’éternité ! Je ne l’ai pas vu filé, avec ses rides, ses e…
Charger d'autres articles liés
  • Au pied du mur

    Au pied du mur. C’est toujours dans les embruns du désir que les racines de tout nouveau l…
  • Porter la lune

    Une main tendue qui porterait la lune. On la voit  apparaitre, puis disparaître, pour reve…
  • Réflexion sur le temps…

    Quel beau fantasme que celui de l’éternité ! Je ne l’ai pas vu filé, avec ses rides, ses e…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • Au pied du mur

    Au pied du mur. C’est toujours dans les embruns du désir que les racines de tout nouveau l…
  • Porter la lune

    Une main tendue qui porterait la lune. On la voit  apparaitre, puis disparaître, pour reve…
  • Réflexion sur le temps…

    Quel beau fantasme que celui de l’éternité ! Je ne l’ai pas vu filé, avec ses rides, ses e…
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Ou sera l’histoire ?

“ Et quand nous quitterons ce monde, où irons-nous pour nous aimer ? “ Francis Royo  …