Accueil litterature Etre douleur

Etre douleur

0
0
98

Simplement celle que l’on éprouve en regardant la lune…remplie d’espoir et d’espérance, cruelle et désarmante. La douleur me parait bien des fois si anodine…pourtant elle  me semble tout aussi insupportable que le mal lui-même. Inexplicable, indicible, incommensurable. Pourquoi a-t-on si peur de souffrir ? La douleur a-t-elle un sens ? En quoi serait-elle féconde? En quoi ? Nous sommes tous un jour ou l’autre amené à nous poser ces questions lorsque nous sommes confrontés à la perte d’un être cher, à un chagrin d’amour ou à la maladie. Des événements qui nous plongent dans un  vide absolu. La plupart des gens aiment à croire que derrière cette souffrance se cacherait notre salut. Il faut souffrir pour être admis au paradis. Vous savez, celui qu’on a perdu. Vous, vous en souvenez-vous ? Voilà de quoi nous ramener à ce que nous serions : des âmes errantes d’ici ou d’ailleurs, en quête éternelle de rédemption ! Pourquoi devrions-nous accepter ceci comme une fatalité ? Au nom de quoi devrait-on supporter sans se plaindre ? Comme toute petite fille j’ai reçu une instruction religieuse durant toute ma scolarité primaire. Je me rendais au 4 passage des écoliers chaque mercredi suivre le catéchisme. J’assistais à la messe le dimanche. Je me confessais alors. J’en garde un bon souvenir par ailleurs. J’ai dû  croire à l’existence de Dieu à cette période. Ce fût sans doute une belle découverte. Sans doute la plus belle histoire qu’on ne m’ait jamais racontée. Seulement il m’est difficile de trouver en ceci l’irréfutable justification à nos souffrances. Trop facile vous dirais-je. C’est bien là que réside la différence entre la croyance et la connaissance. Le savoir change toute la donne, n’est-ce pas ? Pourquoi veulent-ils absolument que la vie ne soit que souffrance ? Les choses sont si éphémères de toute façon. Je pense avoir eu dans ma vie mon lot de souffrances visibles ou pas; hurlées ou pas. Souffrir c’est avoir peur. Souffrir c’est se résigner. A mes yeux, la plus grande souffrance est sans doute celle que nous inflige le mensonge.

 coup

ISABELLE FRANC RTTR

Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités <http://www.culture.uv.fr/cultupratiques/droits/protection.ht  // -tous droits réservés-Copyright ©- 2019

  • Le ravisement

    Il n’y a aucune trace de nous, pas de photographies jaunies, pas de souvenirs crépusculair…
  • Un nouveau corps

    Ce corps-là habiterait pour la première fois dans cet espace clos, sombre, feutré, arrondi…
  • Je regarde l’autre

    Il y a dans l’amour, la place nécessaire à l’accueil de l’autre, à sa différence, à sa ric…
Charger d'autres articles liés
  • Le ravisement

    Il n’y a aucune trace de nous, pas de photographies jaunies, pas de souvenirs crépusculair…
  • Un nouveau corps

    Ce corps-là habiterait pour la première fois dans cet espace clos, sombre, feutré, arrondi…
  • Je regarde l’autre

    Il y a dans l’amour, la place nécessaire à l’accueil de l’autre, à sa différence, à sa ric…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • Le ravisement

    Il n’y a aucune trace de nous, pas de photographies jaunies, pas de souvenirs crépusculair…
  • Un nouveau corps

    Ce corps-là habiterait pour la première fois dans cet espace clos, sombre, feutré, arrondi…
  • Je regarde l’autre

    Il y a dans l’amour, la place nécessaire à l’accueil de l’autre, à sa différence, à sa ric…
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

fendre

Ainsi soit la vie. Elle court, on la rattrape, in fine,  elle nous attrape. On éprouve tou…