En paix

0
1
211

Ta disparition soudaine créa une onde de choc. Malgré les trente degrés annoncés l’air était glacial. Et puis tous ceux qui t’ont connu avaient eux aussi froids. Il y a des matins que l’on s’empresserait de fuir, éviter, laisser filer…Aimer une personne, c’est se laisser traverser par elle. Aimer c’est tout, ca peut tout être, mais ce n’est pas s’agenouiller devant lorsqu’elle apparaît. Aimer c’est aussi se construire par rapport à elle. Elle aimait avant tout faire éclore le talent, les mots, les émotions et le reste…découvrir de nouvelles choses, à chaque fois partante ; je me demande ce qui pouvait toujours chanter dans sa tête. Sa mélodie qui déambule seule à présent continuera de couler en moi. Tu savais conter les plaies dont tu souffrais, celles qui malheureusement ne cicatrisent jamais. Tu étais ces battements supplémentaires de nos cœurs. Tu fus ce passage qui nous menât à la lumière.

juive

 

ISABELLE FRANC RTTR

Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités <http://www.culture.uv.fr/cultupratiques/droits/protection.ht  // -tous droits réservés-Copyright ©- 2019

  • Le ravisement

    Il n’y a aucune trace de nous, pas de photographies jaunies, pas de souvenirs crépusculair…
  • Un nouveau corps

    Ce corps-là habiterait pour la première fois dans cet espace clos, sombre, feutré, arrondi…
  • Je regarde l’autre

    Il y a dans l’amour, la place nécessaire à l’accueil de l’autre, à sa différence, à sa ric…
Charger d'autres articles liés
  • Le ravisement

    Il n’y a aucune trace de nous, pas de photographies jaunies, pas de souvenirs crépusculair…
  • Un nouveau corps

    Ce corps-là habiterait pour la première fois dans cet espace clos, sombre, feutré, arrondi…
  • Je regarde l’autre

    Il y a dans l’amour, la place nécessaire à l’accueil de l’autre, à sa différence, à sa ric…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • Le ravisement

    Il n’y a aucune trace de nous, pas de photographies jaunies, pas de souvenirs crépusculair…
  • Un nouveau corps

    Ce corps-là habiterait pour la première fois dans cet espace clos, sombre, feutré, arrondi…
  • Je regarde l’autre

    Il y a dans l’amour, la place nécessaire à l’accueil de l’autre, à sa différence, à sa ric…
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Quand j’y pense…

Quand j’y pense, si vous saviez comme on m’en a tellement voulu de cette fidélité envers m…