Accueil litterature Voir et savoir

Voir et savoir

Commentaires fermés
0
244

Et je vous ai vu ensemble. J’ai croisé son regard… . Je n’ai rien ressenti. C’est parce que je vous ai vu ensemble main dans la main que je peux croire en une histoire, pas forcément elle d’un compte de fée. Et un jour viendra où chacun sera capable d aimer l’ombre des roses. Ce n’était pas le fruit du hasard,Chaque fois que je pense à toi c’est avec l’envie d’une autre vie, comme un désir de m’ouvrir, comme balancer tout ce passé qui m’a trop longtemps asphyxié. Ce que je sais, ce qui est vrai, ce sont nos regards. Ce qui en dit long sur nous ce sont nos bégaiements. Je feins je ne sais pas trop quoi mais je fais semblant. Je joue l’indifferente, je fais genre celle qui s en tqpe mais tout chez toi crée un manque…

assis

Isabelle franc Rttr

Copyright

  • Eux aussi…

    Parfois, la langue est lourde de mensonges. D’inconséquences, aussi. Je tends l’oreille. L…
  • La balaçoire…

    L’humiliation est-elle une seconde nature ? Je vais écouter, sans argument, puis, m’éclips…
  • Voler…

    Depuis enfant, je m’attends toujours à ce que le pire puisse advenir, arriver, surgir. Un …
Charger d'autres articles liés
  • Eux aussi…

    Parfois, la langue est lourde de mensonges. D’inconséquences, aussi. Je tends l’oreille. L…
  • La balaçoire…

    L’humiliation est-elle une seconde nature ? Je vais écouter, sans argument, puis, m’éclips…
  • Voler…

    Depuis enfant, je m’attends toujours à ce que le pire puisse advenir, arriver, surgir. Un …
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • Eux aussi…

    Parfois, la langue est lourde de mensonges. D’inconséquences, aussi. Je tends l’oreille. L…
  • La balaçoire…

    L’humiliation est-elle une seconde nature ? Je vais écouter, sans argument, puis, m’éclips…
  • Voler…

    Depuis enfant, je m’attends toujours à ce que le pire puisse advenir, arriver, surgir. Un …
Charger d'autres écrits dans litterature
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Autrement

Je laissais les larmes s’échapper, tomber, et répandre sur ma joue leurs pâles écumes salé…