Accueil litterature Cette ronde

Cette ronde

0
1
66

 

Je sais que je ne suis pas la seule à qui cela est arrivé, on est des milliers à faire partie de cette ronde…j’ai croisé des étoiles mais jamais une qui avait la brillance de la tienne. Quand il te regarde c’est comme s’il te prenait dans ses bras pour te faire valser en l’air …je l’ai vu me dévorer avec son cœur. Et je l’ai senti chercher son apaisement dans les profondeurs de mon regard. Je l’ai vu, aussi, me porter à bout de bras, m’élever, habiter mes rêves…j’ai vu ses blessures rejoindre les miennes, effacer d’une seule voix  les doutes.

 

images (5)

 

ISABELLE FRANC RTTR Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités <http://www.culture.uv.fr/cultupratiques/droits/protection.ht  // -tous droits réservés-Copyright ©- 2019

 

  • Sans faille..

    Je nous attends depuis ces heures fragiles. Je voudrais pouvoir t’aimer. Ostensiblement. J…
  • Un pont entre …

      Être  dans l’instant présent est un art de vivre. Apprécier chaque chose dans son immine…
  • Certes…

    Avez-vous remarqué à quel point les minutes qui précèdent tout aveu nous paraissent une ét…
Charger d'autres articles liés
  • Sans faille..

    Je nous attends depuis ces heures fragiles. Je voudrais pouvoir t’aimer. Ostensiblement. J…
  • Un pont entre …

      Être  dans l’instant présent est un art de vivre. Apprécier chaque chose dans son immine…
  • Certes…

    Avez-vous remarqué à quel point les minutes qui précèdent tout aveu nous paraissent une ét…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • Sans faille..

    Je nous attends depuis ces heures fragiles. Je voudrais pouvoir t’aimer. Ostensiblement. J…
  • Un pont entre …

      Être  dans l’instant présent est un art de vivre. Apprécier chaque chose dans son immine…
  • Certes…

    Avez-vous remarqué à quel point les minutes qui précèdent tout aveu nous paraissent une ét…
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Etre aimé.e

Parce que j’ai eu vingt ans, puis trente, et quarante, enfin cinquante…Elle ne se répétait…