Double je

0
0
192

je ne cherche pas à savoir pourquoi…Chaque matin je me réveille avec l’espoir de lui parler un moment. Un espoir fou, je sais ! Sauf que ça marche. Complicité. Il faut chaque jour renouer ce lien si mince parfois.  Des fois tendu. Comme une corde. Cela me rappelle ce jeu. C’est aussi porter son regard dans la même direction. Où bien se regarder les yeux dans les yeux. Il parait forcement long ce voyage. Interminable. Inéluctable. Il l’est. Quand pourrais-je enfin reposer mes yeux sur son regard. C’est l’émotion saisie qui suscite cet amour-là. Il me faudra encore attendre, avec une patience infinie, faire preuve d’abnégation et de résilience. Tout ne peut être dit. Chaque mot à son poids. Chaque geste a sa portée. Le mesure-t-on vraiment ? Il reste simplement à vivre ces instants,  les savourer comme il se doit. Juste apprécier ces échanges à leurs justes valeurs; intimes et sincères. Ne rien trahir. Ils font le ciment de toute relation. L’amour finira toujours par obtenir gain de cause. Par gagner car il tire sa force de l’extrême sincérité avant tout. Chaque soir je m’endors avec le sentiment d’avoir accompli quelque chose. Avec l’espoir aussi.. qui ne me quitte pas. Je suis et reste une belle rêveuse !

double

ISABELLE FRANC RTTR Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités <http://www.culture.uv.fr/cultupratiques/droits/protection.ht  // -tous droits réservés-Copyright ©- 2019

  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres articles liés
  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Abolir

Je m’expose. Je m’impose. Entends-je. C’est en sortant de la nuit que la lumière est la pl…