Accueil litterature Quel est ce courage dont tu parles…

Quel est ce courage dont tu parles…

0
1
107

Faire preuve de courage tout le temps et partout. Ce sentiment incolore de bravoure, cet héroïsme au quotidien, je ne vois pas d’autres moyens de traverser les ponts des soupirs, ce que l’on nomme dans un murmure la vie, à présent qu’elle est devenue une guerre blanche, impossible à taire. Il y a ceux pour qui mettre déjà un pied à terre relève de l’exploit, les dépressifs, les mélancoliques, et ceux qui restent sur le banc. Quand on croit que c’est facile, quand on dit que c’est une simple question de volonté, il faut savoir ce que l’on veut, après tout. J’aimerai bien être m’allonger dans un berceau de feutrine, seule, rire aux éclats au milieu des rêves. Le courage se pare d’humilité, de lucidité, il faut atteindre un temps de maturité. Je suppose que la parole du courage ne s’entend pas, elle trouve sa gloire dans la modestie. Humble, n’attendez pas que je retienne mes attitudes, je monte sur un banc lorsque je cherche à être grande.  Et je ne suis pas la seule à m’élever ainsi dans vers les cieux.

 ordinaire

ISABELLE FRANC RTTR Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités <http://www.culture.uv.fr/cultupratiques/droits/protection.ht  // -tous droits réservés-Copyright ©- 2019

  • Le ravisement

    Il n’y a aucune trace de nous, pas de photographies jaunies, pas de souvenirs crépusculair…
  • Un nouveau corps

    Ce corps-là habiterait pour la première fois dans cet espace clos, sombre, feutré, arrondi…
  • Je regarde l’autre

    Il y a dans l’amour, la place nécessaire à l’accueil de l’autre, à sa différence, à sa ric…
Charger d'autres articles liés
  • Le ravisement

    Il n’y a aucune trace de nous, pas de photographies jaunies, pas de souvenirs crépusculair…
  • Un nouveau corps

    Ce corps-là habiterait pour la première fois dans cet espace clos, sombre, feutré, arrondi…
  • Je regarde l’autre

    Il y a dans l’amour, la place nécessaire à l’accueil de l’autre, à sa différence, à sa ric…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • Le ravisement

    Il n’y a aucune trace de nous, pas de photographies jaunies, pas de souvenirs crépusculair…
  • Un nouveau corps

    Ce corps-là habiterait pour la première fois dans cet espace clos, sombre, feutré, arrondi…
  • Je regarde l’autre

    Il y a dans l’amour, la place nécessaire à l’accueil de l’autre, à sa différence, à sa ric…
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Fragile, docile

Soudain je me sens fragile, et docile. Fragile parce que docile…il y aurait une relation e…