Accueil litterature Trancher net

Trancher net

0
0
149

Quitte à cracher sur son prochain, autant lui pardonner avant. Je me disais qu’il pouvait être sain, des fois, de laisser sortir ses colères, à condition que cela ne devienne pas une foudre destructrice. Qu’elle s’évapore sans laisser de traces. Je me disais qu’à force d’être tirées, les cordes finissaient inéluctablement par céder…qu’il était tellement vain d’opposer une résistance, on ne peut pas passer son temps à fuir la réalité. Il faut à un moment savoir prendre positon. Cesser de naviguer entre le cœur et la raison.  Trancher.

chamade

ISABELLE FRANC RTTR Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités <http://www.culture.uv.fr/cultupratiques/droits/protection.ht  // -tous droits réservés-Copyright ©- 2019

  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres articles liés
  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

La claritude

Un jour, pour jouir, je m’arrêterai de courir, alors, je me mettrai à médire, à redi…