Ancolie

0
1
107

Ca ressemble à cela une vie d’amoureuse ? Passer d’un état à l’autre en un éclair. Je suis là…je sais que tu me vois. Seulement, tu fais le choix de t’incruster dans ton mutisme. Certains viennent jusqu’à moi me dire que les hommes ne savent pas faire ces choses-là. Fermer les portes…je parle de couper, lacérer, déchiqueter, rompre… Je peux leur rétorquer, du tac au tac, que ce n’est pourtant pas bien difficile, et que parfois, ils leur arrivent de prononcer des paroles bien pires que celles-ci, parfois. Bien sûr que je n’aime pas ces séparations qui portent le doute des retrouvailles, tellement incertaines. Bien sûr que j’aimerais dévaler avec toi les pentes du bonheur….mais, il n’en est pas question pour le moment. Je me demande entre l’incertitude, l’attente et l’espoir, lequel donne le plus de maux ? Choisir dans ce fatras, mais quoi ? Je voulais te dire : ne doute pas, jamais, comme j’adore le goût amer de tes lèvres…comme je supplie d’y revenir, je te trouve dans la retenue, la réserve, à vif, aussi. J’ai remarqué que je pouvais allumer cette petite flamme dans tes yeux bleus.

 

ancolie

ISABELLE FRANC RTTR Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités <http://www.culture.uv.fr/cultupratiques/droits/protection.ht  // -tous droits réservés-Copyright ©- 2019-11-02

  • Le ravisement

    Il n’y a aucune trace de nous, pas de photographies jaunies, pas de souvenirs crépusculair…
  • Un nouveau corps

    Ce corps-là habiterait pour la première fois dans cet espace clos, sombre, feutré, arrondi…
  • Je regarde l’autre

    Il y a dans l’amour, la place nécessaire à l’accueil de l’autre, à sa différence, à sa ric…
Charger d'autres articles liés
  • Le ravisement

    Il n’y a aucune trace de nous, pas de photographies jaunies, pas de souvenirs crépusculair…
  • Un nouveau corps

    Ce corps-là habiterait pour la première fois dans cet espace clos, sombre, feutré, arrondi…
  • Je regarde l’autre

    Il y a dans l’amour, la place nécessaire à l’accueil de l’autre, à sa différence, à sa ric…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • Le ravisement

    Il n’y a aucune trace de nous, pas de photographies jaunies, pas de souvenirs crépusculair…
  • Un nouveau corps

    Ce corps-là habiterait pour la première fois dans cet espace clos, sombre, feutré, arrondi…
  • Je regarde l’autre

    Il y a dans l’amour, la place nécessaire à l’accueil de l’autre, à sa différence, à sa ric…
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

A tort, à raison

Ai-je raison, ai-je tort ? Qui peut savoir? Qui vivra, verra…seule la vie pourra nous dire…