Accueil litterature Auparavant…

Auparavant…

0
2
169

Auparavant, du temps d’avant toi, tout allait pour le mieux dans ma vie, et puis, j’ai voulu faire de toi ma nouvelle résidence. Mon tout nouvel abri où me réfugier. Petit à petit. J’ai eu trop vite l’envie de construire mon nid douillet, là, au creux de tes bras, sur ton épaule, entre tes lèvres. Je sais que ces demeures-là n’ont pas de murs. Tu m’inspires tellement de douceur, d’attention, de fragilité. Je n’espérais plus trouver quelqu’un encore capable de m’inspirer toutes ces subtiles émotions. Et ton cœur. Un temple sacré dans lequel j’aspire à pénétrer. Même si concrètement cela n’est pas encore vraiment réalisé, du moins dans ma tête, dans mon cœur, j’ai le sentiment que ceci existe, c’est déjà comme ça quand je pense à toi. Je te parle comme s’il y avait toujours eu ce dialogue entre nous. Des mots que l’on connaît déjà pour les avoir appris, écrit, entendu à l’infini. J’aimerai pouvoir me dire que ce n’est qu’une question de jours… et même si des fois il arrive que je perde confiance ; j’aime ton humilité, ta discrétion, tellement à l’opposé de moi. J’apprends à te plaire afin que tu n’oublies jamais mon sourire, même si je ne suis que de passage dans ta vie, ce que je n’espère pas. Il y a en toi l’intelligence de l’autre, ce charisme qui rasure tant les autres, cette écoute qui transforme la sécheresse en pluie. Tu accueilles tout le monde avec gratitude, en les remerciant de ce qu’ils t’apprennent.  Aujourd’hui je rêve d’éclore auprès de toi. Toi seul, tu ouvres cet avenir clair et solaire.

fleurs 

 

 

ISABELLE FRANC RTTR Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités <http://www.culture.uv.fr/cultupratiques/droits/protection.ht  // -tous droits réservés-Copyright ©- 2019-11-02

  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres articles liés
  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

je repartage ce texte

Juste parce que ces maladies vous font sentir seuls… Il y a longtemps déjà que je so…