La photo

0
3
138

C’est une simple photographie… Sans aucun doute un air, un visage et un regard que je n’oublierai pas. La lumière folle de tes cheveux roux au vent… Je ne peux te concevoir autrement que volubile, prompte aux fous rires, vaporeuse, pourvoyeuse de soleil. Loin des embruns de ces adultes trop compliqués. Et je cherche dans l’océan de tes yeux bleu turquoise toutes les raisons d’être fière de la femme qui écrit ceci. Il y a quelque chose qui rayonne dans ce regard, quelque chose de curieux et qui pourtant vous emplit de gaité. Ce qui veut dire qu’il faut laisser le vent s’engouffrer en nous, le laisser nous embarquer bien loin Et puis parler de ce qui nous touche, nous rend humain avant tout. Parce qu’il y a quelque chose qui nous fait devenir différent de ce que nous étions avant. Ce regard ne se contente pas de raconter un vécu il construit l’avenir à grands coups de promesses.

 contrainte

 

ISABELLE FRANC RTTR Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités <http://www.culture.uv.fr/cultupratiques/droits/protection.ht  // -tous droits réservés-Copyright ©- 2019-11-02

  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres articles liés
  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Dissous…

Qu’est-ce que ces ombres sur le bord de tes lèvres empourprées ? Tes mots comme fous signe…