Accueil litterature La vie peut offrir…

La vie peut offrir…

0
4
138

Oui, la vie peut nous offrir de bons moments qui finissent par la rendre acceptable. Il m’arrive parfois d’avoir peur du moment où elle ne sera plus que supportable. J’attends l’heure du choc, car on n’y est jamais préparé. Alors, il ne sera plus question ni d’ampleur, ni plus de légèreté, ni de souplesse. Ce que je sens est le tragique de la vie mais je choisis à chaque instant de ne pas le fuir Je suis la preuve irréfutable qu’i est possible de s’habituer à sa compagnie. Les heures trop longues qui nous filent le cafard, le bourdon, plus quelques tremblements, et tellement brèves qu’elles nous éloignent des jours solaires. Et puis, ces voix particulières qui surplombent nos actes, jusqu’à s’entremêler à nos pensées. Je me souviens de ces instants de honte au point d’avoir envie de me cogner la tête contre les murs. J’en parle avec un certain détachement ; je me souviens d’avoir tout fait pour les effacer du livre de mon existence. Je me souviens très bien de tous ces bourgeons qui refont surface régulièrement prêts à redonner des fleurs pourries. Désormais, aube après aube, rencontre après rencontre, je trace ma trajectoire à travers les remous qui bousculent notre âme et épuisent notre esprit.

 

images (7) 

ISABELLE FRANC RTTR Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités <http://www.culture.uv.fr/cultupratiques/droits/protection.ht  // -tous droits réservés-Copyright ©- 2019-11-02

 

  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres articles liés
  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Soie et satin…

C’était le dernier jour de l’été, aussi jour de mémoire, et j’ai pensé à t’écrire pour te …