Accueil litterature Désormais

Désormais

0
1
90

Désormais, on compte chacun des jours qui nous séparent des retrouvailles…on compte toutes ces heures gaspillées, ces rêves égarés, ces peurs confinées…Que ce sera beau de serrer la vie entre ses bras. Que ce sera beau de l’étreindre  tout contre soi.  Je sens sa douceur. Que ce sera attendrissant et émouvant. Tu es comme un oiseau qui petit à petit fait son nid aux creux de mes rêves. J’aime l’idée que tu aies bouleversé toutes ces habitudes, si vilaines,  chamboulé certaines de mes certitudes, pas mal à vrai dire. Entrainé chacune de mes pensées sur ton chemin de traverse. Parce qu’un jour tu es entré dans ma petite vie qui grâce à toi, est  devenue grande aujourd’hui. C’est vrai que tu as pris au fil des jours de plus en plus de place dans mon quotidien…Un regard. Un silence. De là, de toi, je me suis façonnée de manière à te plaire.  Je suis parti à l’aventure. Je me suis déconstruite. Déconstruite pour me reconstruire. Sculptée pour ne pas te décevoir. Mon visage. Mes cheveux. Mon sourire. Mes mots se sont ouverts, ils sont devenus autres. Étrangers à mon âme. C’est une amitié sans faille qui se profile, qui s’annonce. Encore une fois, reprendre l’histoire, alors que tout a chaviré, sans trop que l’on sache pourquoi. Sans vraiment que l’on comprenne ce regard accusateur qui a tout fait basculé. Je me tiens prête à accueillir la suite. Je sais juste que c’était fort, intense et que c’est encore dans cette force-là.  Je crois que rien n’a changé, fondamentalement, je veux dire, entre toi et moi.  Il n’y a pas de hasard dans les rencontres. Bien naïf celui qui y croit. Pas plus de hasard dans ces jeux de l’amour. Je sais que tu as pris conscience de l’immensité de cette houle qui nous submerge.  C’est sans doute trop fort pour toi. Bien trop violent. De mon côté, j’ai compris qu’il ne servait à rien de vouloir t’attraper.

chaine

Prenez soin de vous.

ISABELLE FRANC RTTR Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités <http://www.culture.uv.fr/cultupratiques/droits/protection.ht  // -tous droits réservés-Copyright ©- 2020

 

  • Le ravisement

    Il n’y a aucune trace de nous, pas de photographies jaunies, pas de souvenirs crépusculair…
  • Un nouveau corps

    Ce corps-là habiterait pour la première fois dans cet espace clos, sombre, feutré, arrondi…
  • Je regarde l’autre

    Il y a dans l’amour, la place nécessaire à l’accueil de l’autre, à sa différence, à sa ric…
Charger d'autres articles liés
  • Le ravisement

    Il n’y a aucune trace de nous, pas de photographies jaunies, pas de souvenirs crépusculair…
  • Un nouveau corps

    Ce corps-là habiterait pour la première fois dans cet espace clos, sombre, feutré, arrondi…
  • Je regarde l’autre

    Il y a dans l’amour, la place nécessaire à l’accueil de l’autre, à sa différence, à sa ric…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • Le ravisement

    Il n’y a aucune trace de nous, pas de photographies jaunies, pas de souvenirs crépusculair…
  • Un nouveau corps

    Ce corps-là habiterait pour la première fois dans cet espace clos, sombre, feutré, arrondi…
  • Je regarde l’autre

    Il y a dans l’amour, la place nécessaire à l’accueil de l’autre, à sa différence, à sa ric…
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Ce lien fraternel

A l’heure où l’homme s’entête à croire que l’argent peut accomplir des miracles et le sauv…