Accueil litterature Tout finit…

Tout finit…

0
2
94

Tout finit par arriver quand on sait faire sien le rythme de l’autre. Ta main dans mes cheveux, mon front contre ton front, tes attentions murmurées à mon oreille empourprée…nos corps emplis de moiteur entremêlés dans l’écrin des draps blancs froissés, nous avons les ardeurs sauvages. Je me souviens avoir voulu tout, tout de suite…qu’est-ce que j’ai pu me montrer exigeante envers certain.e.s. J’ai été une enfant avec des caprices, boudeuse, hurlante au soleil, au vent, au bonheur. l’impatience qui ronge mes rêves…

 

images (19)

Prenez soin de vous.

ISABELLE FRANC RTTR Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités <http://www.culture.uv.fr/cultupratiques/droits/protection.ht  // -tous droits réservés-Copyright ©- 2020

 

  • Le ravisement

    Il n’y a aucune trace de nous, pas de photographies jaunies, pas de souvenirs crépusculair…
  • Un nouveau corps

    Ce corps-là habiterait pour la première fois dans cet espace clos, sombre, feutré, arrondi…
  • Je regarde l’autre

    Il y a dans l’amour, la place nécessaire à l’accueil de l’autre, à sa différence, à sa ric…
Charger d'autres articles liés
  • Le ravisement

    Il n’y a aucune trace de nous, pas de photographies jaunies, pas de souvenirs crépusculair…
  • Un nouveau corps

    Ce corps-là habiterait pour la première fois dans cet espace clos, sombre, feutré, arrondi…
  • Je regarde l’autre

    Il y a dans l’amour, la place nécessaire à l’accueil de l’autre, à sa différence, à sa ric…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • Le ravisement

    Il n’y a aucune trace de nous, pas de photographies jaunies, pas de souvenirs crépusculair…
  • Un nouveau corps

    Ce corps-là habiterait pour la première fois dans cet espace clos, sombre, feutré, arrondi…
  • Je regarde l’autre

    Il y a dans l’amour, la place nécessaire à l’accueil de l’autre, à sa différence, à sa ric…
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

quoi mon corps ? Réponse à Yann MOIX

Et je devrais probablement commencer par-là,  je vous prie de m’excuser d’avoir un corps p…